Coup d’accélérateur pour le 30 km/h à Delémont

Le Conseil de ville de la capitale jurassienne a accepté lundi soir une motion qui demande ...
Coup d’accélérateur pour le 30 km/h à Delémont

Le Conseil de ville de la capitale jurassienne a accepté lundi soir une motion qui demande de généraliser une baisse de la vitesse dans les zones résidentielles

Le plan directeur des déplacements de Delémont prévoit une douzaine de zones à 30 km/h ou à 20 km/h. Le plan directeur des déplacements de Delémont prévoit une douzaine de zones à 30 km/h ou à 20 km/h.

La réduction de la vitesse à Delémont a quelque peu animé les débats lundi soir au Conseil de ville de la capitale jurassienne. Le législatif a accepté une motion du socialiste Maël Bourquard par 19 voix contre 5. Le texte demande de généraliser le 30 km/heure dans les zones résidentielles sur la base du Plan directeur des déplacements adopté en février 2017 par le Conseil communal. La motion a été soutenue par le PS et l’Alternative de gauche. Le PCSI s’est abstenu, tout comme le PDC qui a fait part de ses craintes sur les impacts sur les horaires des transports publics. L’opposition est venue des rangs de la droite, PLR et UDC. L’élue UDC Laurence Studer a même brandi la menace d’un référendum sur le sujet. Pour le conseiller de ville libéral-radical Christophe Günter, la motion est clairement dirigée contre la voiture : 

Le porteur de la motion a tenu à répondre aux craintes de la droite. Selon Maël Bourquard, il ne s’agit pas d’éradiquer la voiture des rues de Delémont :

Le texte était soutenu par le Conseil communal qui a rappelé qu’il fallait également tenir compte de la possibilité de créer des zones à 20 km/h, comme prévu en vieille ville et dans le quartier de la Gare. L’exécutif a toutefois prévenu que le délai d’une année pour mettre en œuvre la motion ne pourra pas être tenu. Il a également indiqué qu’un crédit de 250'000 francs pour affiner le découpage des zones et déterminer les aménagements à effectuer sera soumis au Conseil de ville au début de l’année prochaine. Le conseiller communal en charge du dossier, Ernest Borruat, détaille la suite de la procédure :

Le Conseil de ville de Delémont a également accepté deux autres motions qui concernent le secteur Gare Sud. La première, celle du socialiste Laurent Crevoisier, demande que les démarches pour créer un village de l’innovation dans la zone industrielle SAFED, celle cela est prévu dans les résultats du concours d’idées en urbanisme. Elle a été adoptée à une majorité évidente contre 4 avis contraires. La seconde motion, portée par Magali Rohner de l’Alternative de gauche, souhaite que des mesures de préservation urgentes soient prises pour la ferme du Neuf-Cul que la commune envisage d’acheter. Le texte a été soutenu à une majorité évidente, moins 5 avis contraires.


Des crédits pour la lumière

Le Conseil de ville de Delémont s’est aussi prononcé lundi soir en faveur de deux enveloppes financières liée à l’éclairage public. Un crédit de 1'150'000 francs a été accepté sans avis contraires pour l’étape 2 du projet « Voie lactée » qui prévoit de remplacer 550 points lumineux par un éclairage LED. La seconde enveloppe, un crédit-cadre de 870'000 francs pour la période 2022-2026, a été adopté à une majorité évidente, moins 5 avis contraires. La somme est destinée à l’entretien, l’exploitation et l’extension du réseau d’éclairage public. La période d’amortissement de 25 ans a fait grincer des dents au PLR et à l’UDC qui ont refusé l’objet.

Le législatif de la capitale jurassienne a aussi avalisé à l’unanimité une réaffectation d’une provision de plus de 4'000'000 de francs pour le préfinancement de la construction d’une école primaire aux Arquebusiers.

A noter, enfin, que la date de la votation sur la sortie de Delémont de la société Regiogaz a été fixée au 13 février prochain, selon une annonce faite lundi soir par le Conseil communal lors des questions orales. La décision soutenue par le Conseil de ville fait l’objet d’un référendum. /fco



Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus