Val Terbi accepte un budget 2022 rougi par la pandémie

Le Conseil général de la commune fusionnée a approuvé des prévisions comptables qui tablent ...
Val Terbi accepte un budget 2022 rougi par la pandémie

Le Conseil général de la commune fusionnée a approuvé des prévisions comptables qui tablent sur un excédent de charges de 293'400 francs. Le contexte lié au coronavirus explique ces chiffres rouges

Le législatif de Val Terbi a siégé pour la dernière fois de l'année mardi soir à Vicques. Le législatif de Val Terbi a siégé pour la dernière fois de l'année mardi soir à Vicques.

Le spectre de la pandémie plane toujours sur les prévisions financières de Val Terbi. Le Conseil général a accepté à l'unanimité le budget 2022 mardi soir lors de sa dernière séance de l’année à Vicques. Ce dernier table sur un déficit de 293'400 francs. Le Conseil communal a prélevé le tiers de sa réserve budgétaire, soit 120'000 francs, pour améliorer le résultat. Les constatations sont similaires au dernier budget et portent toujours la marque du Covid : « Ce budget est satisfaisant au regard du contexte lié à la pandémie », résume Claude-Alain Chapatte, le maire de la commune fusionnée en charge des finances. Il prévient que des variations plus importantes qu’à l’accoutumée sont possibles en raison des incertitudes actuelles.

Les rentrées fiscales liées à l'imposition des personnes physiques sont en hausse de 250'000 francs. Celles des personnes morales sont par contre en baisse de 60'000 francs. D’une manière générale, l’imposition est en augmentation de 57'000 francs. Le rapport du Conseil communal souligne une baisse de la péréquation financière, à hauteur de 90'000 francs. Cela ne s’explique pas par une amélioration de l’indice des ressources de Val Terbi, qui reste à 69% de la moyenne cantonale, mais bien par une baisse de revenus dans les communes riches, sans doute à cause de la crise sanitaire.


Une capacité d’autofinancement en baisse

Autre indicateur marquant : la capacité d’autofinancement est de 557'000 francs pour l’année prochaine, alors qu’elle était en moyenne de 1,3 million de francs ces dernière années : « Insuffisant pour une commune de la taille de Val Terbi répartie sur quatre villages », fait remarqué Claude-Alain Chapatte. Les autorités veulent toutefois continuer à soutenir l’économie. Elles effectueront la totalité des investissements prévus pour un montant de 875'000 francs. A cela s’ajoute deux enveloppes acceptées en votation populaire fin novembre : celle de 1,1 million de francs pour l’assainissement énergétique de l’école primaire de Vicques et l’investissement annuel de 320'000 francs par an pendant 5 ans pour l’Ecole secondaire de Val Terbi.

En conclusion, la commune fusionnée a les moyens d’assumer des comptes déficitaires avec une fortune qui se monte à 1,63 millions de francs, grâce à de bons exercices dans le passé. « La situation n’est toutefois pas tenable à long terme », selon le maire. L’exécutif a pour l’heure décidé de maintenir inchangées les taxes et la quotité d’impôts à 2.25 pour ne pas affecter davantage la situation des ménages déjà touchés par la pandémie. Il risque toutefois de devoir trouver davantage de financement quelque part si le niveau d’avant pandémie ne peut pas être retrouvé à moyen terme. /emu


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus