La transmission du virus reste forte à l’école

40 % des pools salivaires réalisés cette semaine sont ressortis positifs, chiffre qui a pesé ...
La transmission du virus reste forte à l’école

40 % des pools salivaires réalisés cette semaine sont ressortis positifs, chiffre qui a pesé dans la décision du Gouvernement jurassien de prolonger le port du masque à l’école

40% des pools réalisés cette semaine sont positifs, ils concernent essentiellement les petites sections qui évoluent sans masque. (Photo: libre de droits) 40% des pools réalisés cette semaine sont positifs, ils concernent essentiellement les petites sections qui évoluent sans masque. (Photo: libre de droits)

A l’instar du Conseil fédéral, le Gouvernement jurassien joue les prolongations sur le terrain des restrictions sanitaires. Les ministres se sont réunis jeudi soir en séance extraordinaire pour adapter le dispositif jurassien de lutte contre l’épidémie. Parmi les règles cantonales qui se distinguent encore du cadre fédéral, le port du masque à l’école obligatoire est prolongé dès la 5e Harmos pour au moins deux semaines, jusqu’au 6 février. Une prolongation « plutôt logique » selon le Syndicat des enseignants jurassiens (SEJ) au vu des chiffres. La semaine dernière, 25% des pools salivaires réalisés étaient ressortis positifs.


40% des pools salivaires positifs cette semaine

Cette semaine, 700 pools supplémentaires ont encore été diligentés, notamment chez les plus petits de la 1re à 4e Harmos, des classes qui vivent donc sans masque. 40% de ces pools sont positifs. « C’est quand même beaucoup », commente Sophie Chevrey-Schaller de la cellule Covid, « mais en un sens logique puisque ces tests ont été faits dans des classes qui contenaient déjà des cas positifs la semaine dernière ». Ces chiffres tendent à montrer que la transmission du virus reste forte à l’école, ce qui a évidemment pesé dans la décision du Gouvernement de prolonger le port du masque.

Martial Courtet : « La date du 6 février paraît crédible pour voir la suite autrement »

« Effectivement le pourcentage est encore fort. Pour prendre une autre décision, il nous faut une tendance différente et ce n'est pas encore le cas. On s'appuie également sur ce qu'il se passe dans les autres cantons et nous aurons encore une séance de coordination la semaine prochaine. Pour le moment, cette date du 6 février nous paraît crédible pour envisager la suite autrement », explique le ministre de la formation Martial Courtet.

Le secrétaire du SEJ, Rémy Meury, confie par ailleurs n’avoir reçu « aucune alerte particulière des enseignants » sur cette règle. La contestation émanant des parents est aussi, selon lui, relativement faible. « Certaines personnes sont effectivement fâchées. Nous avons, heureusement, des chiffres qui ne sont pas très élevés », confirme le ministre. Actuellement, selon lui, entre 20 et 30 enfants ne vont pas à l’école pour cette raison. /jpi


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus