Le budget 2022 passe la rampe à Delémont

Le Conseil de ville a donné lundi soir son aval aux prévisions financières. Les élus ont également ...
Le budget 2022 passe la rampe à Delémont

Le Conseil de ville a donné lundi soir son aval aux prévisions financières qui tablent sur un déficit de 2,5 millions de francs. Les élus ont également approuvé un crédit de 450'000 francs pour la rénovation du restaurant de la Blancherie

Les conseillers de ville se sont réunis lundi soir pour la première fois de l'année. Les conseillers de ville se sont réunis lundi soir pour la première fois de l'année.

Delémont tient son budget 2022. Le Conseil de ville l’a approuvé lundi soir, par 25 voix contre 11. La droite a refusé ces prévisions financières qui tablent sur un déficit de 2,5 millions de francs après la dissolution totale de la réserve conjoncturelle. Majoritaire, la gauche a toutefois fait pencher la balance.

Si tous les groupes ont reconnu que ce budget n’était pas satisfaisant, la gauche a insisté sur la faible marge de manœuvre de la ville face à la crise sanitaire. La droite a elle pointé du doigt plusieurs indicateurs financiers jugés inquiétants, notamment au niveau du degré d’autofinancement. Le maire, Damien Chappuis, a estimé qu’il fallait prendre ces chiffres avec des pincettes, sachant qu’il s’agit uniquement de prévisions financières.


Des critiques, mais pas de propositions

Au final, quelques remarques et critiques ont été émises par les élus, mais pas de propositions concrètes. L’élue PCSI Suzanne Maître-Schindelhoz a notamment regretté un manque de travail de fond pour trouver des économies. Un avis partagé par le PLR Christophe Günter qui a parlé d’un budget « catastrophique ». De son côté, le démocrate-chrétien Patrick Frein a dénoncé une augmentation inconsidérée du personnel qui représente, selon lui, l’essentiel du déficit. Le socialiste Maël Bourquard a souligné que la ville pouvait espérer des recettes fiscales plus importantes que prévues. Il a, enfin, insisté sur l’importance de garantir un soutien aux associations culturelles et sportives en cette période de crise.

Les conseillers de ville ont également validé une hausse de la taxe sur les digues de 0,24 pour mille à 0,38. Selon le conseiller communal en charge du dossier, Ernest Borruat, cette augmentation est rendue nécessaire par une modification de la législation en vigueur.

Par ailleurs, le législatif a approuvé plusieurs demandes de crédit pour des investissements à réaliser durant l’année. Une enveloppe de 40'000 francs est notamment prévue pour la remise en état de la piste finlandaise des Prés-Roses, une autre de 150'000 francs pour l’entretien du funérarium ou encore de 110'000 francs pour l’installation de fontaines à eau sur l’espace public.


Du neuf pour le restaurant de la Blancherie

Un crédit de 450'000 francs a aussi passé la rampe du Conseil de ville pour la rénovation et la transformation du restaurant de la Blancherie. Divers travaux de modernisation sont prévus alors qu’un nouveau tenancier reprendra la gestion de l’établissement en juin. Un WC accessible aux personnes à mobilité réduite sera notamment créé près de l’entrée du restaurant. Tous les éléments de cuisine seront changés. La construction d’un four pour cuire des pizzas au feu de bois est notamment planifiée.


Le collège va investir la « Gar’onze »

Le bâtiment qui abritait l’ancienne crèche de la « Gar’onze » ne sera pas détruit. Le Conseil de ville a adopté, par 26 voix contre 2, une motion interpartis visant à sauvegarder cette ancienne maison située à l’avenue de la gare, juste à côté du collège. Le texte était porté par Céline Robert-Charrue Linder de l’Alternative de gauche et Marc Ribeaud du PS. Le Conseil communal avait, dans un premier temps, décidé de raser le bâtiment pour créer un parc arborisé. Il a finalement changé d’avis. Le collège a, en effet, besoin des locaux pour la prise en charge des élèves ayant des difficultés particulières. /alr

Le bâtiment qui était intitulé la « Gar’onze » ne sera finalement pas démoli. (Données cartographiques : Google Map 2013). Le bâtiment qui était intitulé la « Gar’onze » ne sera finalement pas démoli. (Données cartographiques : Google Map 2013).


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus