Le Jura dit oui aux « Plaques moins chères »

Les citoyens ont largement accepté à 82,7% ce dimanche l’initiative cantonale qui demande ...
Le Jura dit oui aux « Plaques moins chères »

Les citoyens ont largement accepté à 82,7% ce dimanche l’initiative cantonale qui demande une baisse significative des taxes sur les plaques de véhicules

Les Jurassiens ont accepté l'initiative cantonale « Les plaques moins chères ! ». Les Jurassiens ont accepté l'initiative cantonale « Les plaques moins chères ! ».

Les Jurassiens veulent baisser la taxe des plaques de véhicules. Les citoyens du canton ont largement accepté à 82,7% ce dimanche l’initiative cantonale « Les plaques moins chères ! ». Le texte demande de modifier le calcul de l’impôt sur les véhicules afin de s’approcher significativement de la moyenne suisse par catégorie de véhicules.

Le comité d'initiative a fêté un large succès. Un succès qui a mis du temps à arriver puisque le président du comité d'initiative Raoul Jaeggi rappelle qu’il a déposé la première motion sur le sujet en 2018 et qu’il n’aurait alors jamais imaginé un tel résultat en votation populaire. Selon lui, « la volonté du peuple jurassien est claire. Il estime donc qu’il devrait en découler des décisions rapides » et qu’il « serait de bon ton que le Gouvernement se dépêche dans ce dossier ».

La réaction de Raoul Jaeggi

Du côté du Gouvernement, la ministre des finances prend acte de ce résultat. Rosalie Beuret-Siess a constaté que « tout le monde était d’accord pour dire qu’il fallait changer la méthode du calcul de l’impôt et notamment y inclure la dimension écologique ».

La minsitre des finances Rosalie Beuret-Siess réagit à ce résultat

Ce résultat donne du poids aux initiants qui espèrent bien « pouvoir participer à l’élaboration de cette loi ». Le comité d’initiative n’a d’ailleurs « pas l’intention de se dissoudre et est à disposition », insiste Raoul Jaeggi.

Raoul Jaeggi : « Le comité d’initiative ne va pas se dissoudre »

« Le Gouvernement et les services de l’administration vont maintenant s’atteler à former un nouveau projet », précise Rosalie Beuret-Siess. Le texte devrait être présenté l’année prochaine au Parlement. La ministre ajoute que « les intitiants seront associés ainsi que les partis politiques ». /gtr-lbe

Rosalie Beuret-Siess explique la suite du processus


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus