Le Conseil de ville de Porrentruy s'inquiète d'une motion déposée au Parlement

Une résolution interpartis a été acceptée à l’unanimité jeudi soir par le législatif bruntrutain ...
Le Conseil de ville de Porrentruy s'inquiète d'une motion déposée au Parlement

Une résolution interpartis a été acceptée à l’unanimité jeudi soir par le législatif bruntrutain. Ce dernier fait part de ses craintes au sujet d’une motion récemment déposée au Parlement jurassien qui demande un transfert du siège du Tribunal cantonal de Porrentruy à Moutier

Le législatif bruntrutain était réuni jeudi soir à Porrentruy. Il a notamment validé un crédit de 350'000 francs destinés aux futures installations sportives du Banné. Le législatif bruntrutain était réuni jeudi soir à Porrentruy. Il a notamment validé un crédit de 350'000 francs destinés aux futures installations sportives du Banné.

Le Conseil de ville de Porrentruy s’inquiète pour l’équilibre institutionnel de la région. Il a accepté jeudi soir une résolution interpartis qui fait écho à une motion récemment déposée au Parlement jurassien. Le texte demande de transférer le Tribunal cantonal de Porrentruy à Moutier. Pour le PLR Xavier Brunner, dépositaire de la résolution, cette proposition, qui sera débattue par les députés jurassiens, n’est pas acceptable en l’état. Selon lui, cette motion remet en cause l’équilibre régional des institutions tout en créant de la confusion au sein de la population et des autorités. « Nous souhaitons que les réflexions au sujet des institutions cantonales fassent l’objet d’un raisonnement global et pas de solutions isolées, qui pourraient déboucher sur une incohérence au niveau régional » explique Xavier Brunner.

Le Conseil municipal a également transmis un message aux députés jurassiens, au Gouvernement ainsi qu’à la ville de Moutier pour faire part de ses craintes. Une telle solution pourrait créer un déséquilibre régional et même raviver des tensions entre les régions du canton, selon le maire de Porrentruy Gabriel Voirol.


Vives discussions autour du projet de zone sportive au Banné

Le législatif de Porrentruy s’est également penché sur un important crédit jeudi soir. Il a accepté à 32 voix contre 7 de débloquer 350'000 francs pour la réalisation d’équipements relatifs au développement d’activités de sport et de loisirs au Banné. Les groupes PDC-JDC, PLR et PCSI ont tous soutenu le projet, en soulignant se réjouir de voir l’offre sportive se diversifier à Porrentruy.

De son côté, le groupe PS-Les Verts s’est montré plus critique. Il a notamment questionné l’aspect durable du projet. Le lieu n’est pas accessible en transports publics, encourager le trafic motorisé dans un lieu d’ordinaire calme n’est pas très heureux a souligné Mathilde Crevoisier Crelier. Le conseiller municipal en charge du dossier est revenu à plusieurs reprises à la tribune pour tenter de rassurer les élus. Les craintes exprimées sont prises en compte dans les réflexions, a assuré Philippe Eggertswyler, en ajoutant que le projet est bien durable, puisqu’il permet de nombreuses synergies.


Feu vert pour accélérer le mouvement au quartier de la Perche II

Jeudi soir, les conseillers de ville bruntrutains se sont également prononcés sur une motion déposée par le groupe PLR qui demande d’avancer les investissements du quartier de la Perche II. Un coup d'accélérateur qui permettra de mettre à disposition des zones constructibles. « Il y a une demande, a assuré le libéral radical Philippe Piegay. Des familles attendent pour s’installer. Ce projet doit être une priorité pour la ville pour éviter que ces familles ne s’installent dans les communes avoisinantes. » Un avis partagé par le PDC et le Conseil municipal qui a tout de même rappelé que l’étape en cours, à savoir la validation du plan spécial, fait l’objet d’oppositions. C’est surtout cela qui va dicter le rythme, estime Manuel Godinat. Au mieux, les travaux en vue de la mise à disposition des terrains pourraient débuter d’ici deux ans.

Le groupe PS-Les Verts n’a pas soutenu la motion, doutant notamment de la notion d’urgence. Pour Matthieu Hays, il aurait été plus judicieux d’attendre les résultats d’une étude sur les logements vides avant de proposer de nouvelles zones à bâtir. La motion a été acceptés à 30 voix contre 9. /tna


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus