Elisabeth Baume-Schneider « coche toutes les cases »

La présidente du Parti socialiste jurassien, Katia Lehmann, livre son avis sur la possible ...
Elisabeth Baume-Schneider « coche toutes les cases »

La présidente du Parti socialiste jurassien, Katia Lehmann, livre son avis sur la possible candidature de la conseillère aux Etats

Elisabeth Baume-Schneider, ici en discussion avec la conseillère nationale Adèle Thorens, figure parmi les papables à la succession de Simonetta Sommaruga (Photo : KEYSTONE / Alessandro della Valle). Elisabeth Baume-Schneider, ici en discussion avec la conseillère nationale Adèle Thorens, figure parmi les papables à la succession de Simonetta Sommaruga (Photo : KEYSTONE / Alessandro della Valle).

Le nom d’Elisabeth Baume-Schneider est souvent évoqué dans la course à la succession de Simonetta Sommaruga. La conseillère aux Etats jurassienne ne s’est pas encore prononcée sur une possible candidature au Conseil fédéral. La Franc-Montagnarde devrait livrer sa décision en fin de semaine. Pour le moment, aucune femme socialiste n’est sortie du bois. Par contre, plusieurs personnalités ont refusé de se porter candidate. Parmi les papables, on retrouve une poignée de politiciennes alémaniques, comme la Bâloise Eva Herzog, la Bernoise Flavia Wasserfallen ou encore l’Argovienne Pascale Bruderer. Côté romand, Elisabeth Baume-Schneider figure en bonne place.

Si sa candidature devait être confirmée, ce serait une « excellente occasion pour notre région d’avoir une première représentation au Conseil fédéral », selon la présidente du PSJ. Katia Lehmann affirme que l’ancienne ministre jurassienne « coche toutes les cases ». Selon elle, la quinquagénaire a un bagage politique très intéressant : ancienne ministre, conseillère aux Etats, vice-présidente de la Chambre des cantons, vice-présidente du Parti socialiste suisse. « On n’occupe pas ces postes par hasard », souligne Katia Lehmann. La case « romande » pourrait être un frein, bien qu’Elisabeth Baume-Schneider parle parfaitement le suisse-allemand.

Katia Lehmann: « Elle coche toutes les cases »

Quant à s’essayer à un pronostic, le second conseiller aux Etats jurassien ne va pas s’y risquer. Selon Charles Juillard, c’est trop tôt. Le Parti socialiste doit d’abord se mettre d’accord sur le ticket à présenter devant l’Assemblée fédérale. Si Elisabeth Baume-Schneider se lançait dans la course, Charles Juillard la soutiendrait sans réserve : « Peu importe la couleur politique, si le Jura peut prétendre à une représentation au sein du Conseil fédéral ». /ncp


Actualisé le

Actualités suivantes