Appel de députés bernois à soutenir le Concordat de Moutier

Les partisans au Concordat ont donné de la voix au Parlement ce mardi. Ils appellent publiquement ...
Appel de députés bernois à soutenir le Concordat de Moutier

Les partisans au Concordat ont donné de la voix au Parlement ce mardi. Ils appellent publiquement à soutenir le projet

De gauche à droite : Sandra Roulet, Maurane Riesen, Moussia de Watteville, Hervé Gullotti, Karim Saïd, Marina Zuber et Tom Gerber font partie des députés à appeler publiquement au soutient du Concordat de Moutier.  De gauche à droite : Sandra Roulet, Maurane Riesen, Moussia de Watteville, Hervé Gullotti, Karim Saïd, Marina Zuber et Tom Gerber font partie des députés à appeler publiquement au soutient du Concordat de Moutier. 

Après les opposants, c'est au tour des partisans du Concordat fixant les modalités du transfert de Moutier dans le canton du Jura de donner de la voix. Des députés bernois représentant tout l'échiquier politique ont apporté mardi leur soutien à ce document qui sera soumis en mars au Grand Conseil.

Pour les 13 députés francophones et germanophones qui s'exprimaient à titre individuel, un rejet du Concordat relancerait la Question jurassienne, « le refuser, c'est remettre tout en cause », ajoute la députée verte Moussia de Watteville.  Il mettrait aussi en danger les projets lancés en faveur du Jura bernois dans le cadre d'Avenir Berne romande.

Pour ces élus, le Concordat va permettre une normalisation des relations entre le canton de Berne et le canton du Jura, mettant ainsi un terme à la Question jurassienne. «  Nous allons travailler au sein de nos partis pour faire passer ce Concordat au vote », a souligné le socialiste Hervé Gullotti. «  Un rejet jetterait de l'huile sur le feu ».

Moussia de Watteville : « normaliser la situation, revenir au calme et aller de l'avant » 

Appel à soutenir le Concordat

«  Nous soutenons un apaisement institutionnel et voulons placer nos efforts dans d'autres domaines que les sillons identitaires » , a noté Hervé Gullotti. «  Nous voulons publiquement appeler à soutenir ce projet » , a-t-il souligné.

Pour le député Tom Gerber (PEV), refuser le Concordat, c'est ouvrir une nouvelle période d'incertitude. L'élu du Parti évangélique estime qu'un refus mettrait en danger la crédibilité de la région. Pour la députée socialiste prévôtoise Marina Zuber, un refus bloquerait le processus.


Temps de l'apaisement

D'après le député germanophone des Vert'libéraux Hannes Zaugg-Graf, la votation sur ce document au Grand Conseil bernois en mars doit aussi être gagnée avec les voix de l'Oberland. Celui qui est aussi ancien président de la commission des institutions politiques et des relations extérieures (CIRE) souligne "l'importance de ce vote d'un point de vue démocratique". Pour tous les intervenants, c'est le temps de l'apaisement.

Hannes Zaugg-Graf : « C'est important pour nous les alémaniques de dire que l'on soutien ce Concordat » 

Plusieurs mouvements de lutte antiséparatistes et des députés du Jura bernois au Grand Conseil bernois ont publiquement annoncé vouloir s'opposer au document lors de son examen. L'UDC du Jura bernois et certains élus PLR ont affirmé qu'ils ne soutiendraient pas le Concordat dans sa version actuelle.

Le Concordat signé le 24 novembre par les gouvernements jurassien et bernois règle les principaux points du changement d'appartenance cantonale de Moutier comme la continuité administrative, fiscale, scolaire, judiciaire et hospitalière. Il porte aussi sur le partage des biens et les flux financiers. /ATS-edr-amo-vfe


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus