Une motion pour sécuriser le trajet entre l’école et la crèche à Delémont

L’élue du Centre Sandra Hauser souhaite des mesures d’accompagnement pour les enfants de 3P ...
Une motion pour sécuriser le trajet entre l’école et la crèche à Delémont

L’élue du Centre Sandra Hauser souhaite des mesures d’accompagnement pour les enfants de 3P qui doivent rallier seuls la Maison de l’enfance à la sortie de l’école depuis le début de l’année

La sécurité des écoliers de 3P sur le trajet entre l'école et la crèche n'est pas satisfaisante actuellement à Delémont, selon plusieurs groupes politiques de la capitale jurassienne. (Photo d'illustration) La sécurité des écoliers de 3P sur le trajet entre l'école et la crèche n'est pas satisfaisante actuellement à Delémont, selon plusieurs groupes politiques de la capitale jurassienne. (Photo d'illustration)

La sécurité des enfants sur le chemin de l’école ne doit pas être négligée à Delémont. C’est l’avis de Sandra Hauser qui a récemment déposé une motion interpartis au Conseil de ville de la capitale jurassienne. Le texte de l’élue du Centre a été cosigné par tous les autres groupes du législatif, à l’exception du Parti socialiste. Il demande au Conseil communal de mettre en place le plus rapidement possible des mesures d’accompagnement pour les enfants scolarisés en 3P afin que les trajets entre leur école et la crèche soient sécurisés.

L’organisation des trajets entre les écoles delémontaines et la Maison de l’Enfance a été modifiée depuis le début de l’année. Cela fait suite à la résiliation par la société de taxis-bus de son mandat de transport fin 2023. Les enfants de 3P, soit âgés entre 6 et 7 ans, ne sont donc plus accompagnés entre leur établissement scolaire et les sites de la Mandchourie et de Morépont. D’après Sandra Hauser, les autorités communales ont notamment expliqué que l’appel d’offres lancé est resté sans succès, et que les élèves de 3P ne sont plus accompagnés dans les autres communes du canton, hormis à Porrentruy.

L’élue du Centre s’étonne de ces justifications. Elle estime qu’il n’est pas pertinent de comparer le cas de la capitale jurassienne avec celui des villages voisins. Certaines communes disposent de patrouilleurs aux abords des écoles, ce qui n’est pas le cas à Delémont, où la densité de la circulation n’est de plus pas la même. La situation actuelle est donc dangereuse pour Sandra Hauser, au regard de la petite taille des enfants concernés et de leur capacité de perception pour voir les véhicules qui s’approchent et évaluer les distances. /emu


Actualisé le

Actualités suivantes

Articles les plus lus