Un plan d’intervention pour la géothermie profonde à Haute-Sorne

La commission de suivi et d’information du projet de géothermie profonde a présenté la phase ...
Un plan d’intervention pour la géothermie profonde à Haute-Sorne

La commission de suivi et d’information du projet de géothermie profonde a présenté la phase de forage exploratoire lors d'une séance ce lundi à Bassecourt. Le plan d'intervention spécial en cas d'accident a notamment été dévoilé

La commission de suivi et d'information du projet de géothermie profonde à Haute-Sorne a présenté la gestion des risques ainsi que le plan spécial d'intervention en cas d'accident, ce lundi à Bassecourt. La commission de suivi et d'information du projet de géothermie profonde à Haute-Sorne a présenté la gestion des risques ainsi que le plan spécial d'intervention en cas d'accident, ce lundi à Bassecourt.

Informer sur le forage, ses risques et le plan d’action à suivre en cas de pépin. Voici la mission de la deuxième séance de l’année pour la commission de suivi et d’information du projet de géothermie profonde à Haute-Sorne, qui s’est tenue ce lundi soir à Bassecourt. Plusieurs présentations ont fait la lumière sur différents aspects liés aux travaux de forage. La sécurité a été abordée à travers la gestion des risques et la présentation du plan d’intervention « feux bleus », mis sur pied par la section cantonale de la protection de la population. Il a aussi été question de protection de la nature, avec la présentation du suivi environnemental de réalisation (SER) par l’Office cantonal de l’environnement et le bureau responsable (CSD Ingénieurs).

Plan d’intervention « feux bleus »

Le chef de la section cantonale de la protection de la population a présenté le plan d’intervention permettant de coordonner les différents acteurs concernés en cas d’accident sur le site de géothermie profonde situé à Glovelier, tels que les CFF, la REGA, la police ou encore les pompiers. « On a les forces d’intervention des sapeurs-pompiers de Haute-Sorne. On est renforcé par le centre de renfort de Delémont ou d’autres SIS », explique Damien Scheder. Le plan « feux bleus » liste 28 scénarios dangereux différents, leurs risques spécifiques et les stratégies à adopter. « La dernière fois que l’on avait fait ceci, c’était pour la décharge industrielle de Bonfol », se souvient le chef de la section de la protection de la population.

Présentation du plan d’intervention par Damien Scheder

Le dialogue entre les ouvriers présents sur le site et les autorités est assuré de manière simple et efficace. Chacun des 28 sinistres potentiels est associé à un code d’urgence établi au préalable afin d’éviter toute incompréhension. Les professionnels des services de secours de la région disposent de toutes les compétences nécessaires à la prise en charge de ces différents sinistres. L’un d’eux est pourtant inédit dans le Jura : « La principale nouveauté pour le canton du Jura, c’est le blowout. C’est une résurgence d’eau ou de gaz qui part du fond et qui arrive sur la périphérie de la zone », détaille Damien Scheder. Des zones de danger ont été tracées autour du site de forage en fonction du type de risque. La zone la plus large, liée justement au scénario de blowout, fait 120m de diamètre et comprend la route cantonale ainsi que la ligne ferroviaire. Des voies de déviation ont été anticipées en conséquence, principalement via l’autoroute. En cas d’accident, les CFF seraient en mesure de mobiliser un wagon de secours muni de matériel de soin, comme des masques à oxygène.

Damien Scheder : « On peut aller jusqu'à l'alarme générale par les sirènes »

L'alerte à la population pourra être donnée si nécessaire par l'intermédiaire des sirènes d'alarmes, avant d'être transmise par les médias régionaux voire nationaux.

À l’heure actuelle, le plan d’intervention n’est valable que pour la phase une du projet, la phase d’exploration. Même si le dispositif actuel définit une base pour la prochaine phase, celle de stimulation hydraulique, il devra être revu et mis à jour pour correspondre aux potentiels nouveaux risques. « Nous reverrons s’il y a des modifications sur la phase deux. », explique Damien Scheder.

Selon le calendrier de Geo-Energie Jura, le forage exploratoire débutera le 21 mai prochain. Il s’agit d’une étape clé qui se déroulera jour et nuit pendant environ trois mois. /jad


Actualisé le

Actualités suivantes

Articles les plus lus