Un report pour le plan spécial des Arquebusiers à Delémont

Le Conseil de ville de la capitale jurassienne a choisi ce lundi soir de reporter l’examen ...
Un report pour le plan spécial des Arquebusiers à Delémont

Le Conseil de ville de la capitale jurassienne a choisi ce lundi soir de reporter l’examen du texte sur lequel il devra statuer en deuxième lecture. 

Le plan spécial des Arquebusiers attendra encore avant d'être soumis au Conseil de ville en seconde lecture (Image : Ville de Delémont). Le plan spécial des Arquebusiers attendra encore avant d'être soumis au Conseil de ville en seconde lecture (Image : Ville de Delémont).

Le plan spécial des Arquebusiers subit un nouveau contretemps. Le Conseil de ville de Delémont a décidé ce lundi soir de ne pas statuer sur le document en seconde lecture. L’examen définitif du plan spécial est ainsi reporté à une date ultérieure. Une majorité évidente du législatif a accédé à une demande en ce sens du groupe PLR-PVL. La requête a fait suite à la divulgation récente de deux conventions signées par la ville avec un propriétaire de terrain situé le long de la rue Jolimont, comme l’a indiqué « Le Quotidien Jurassien » dans son édition de samedi. Les documents ont été transmis aux conseillers de ville par le propriétaire en question qui est voisin de la future école prévue dans le secteur et qui pourrait s’opposer à la construction du nouvel établissement scolaire.

Pour rappel : le plan spécial des Arquebusiers ne prévoit pas uniquement la construction d’une école à l’horizon 2026. Il comprend aussi la possibilité, dans un second temps, d’aménager des immeubles locatifs.

Un dossier long et complexe

Les conventions signées par la ville avec un propriétaire portent sur deux points. Le premier aspect mentionne que sa parcelle ne pourra pas comprendre 10% de loyers modérés, alors que le Conseil de ville, en première lecture, a réclamé une part plus importante de ce type de logements dans tous les immeubles envisagés dans le secteur. Le Conseil communal a ainsi proposé, pour la seconde lecture, de passer la proportion à 12% mais sur une seule parcelle qui appartient à la commune. Le second point prévoit que la distance entre les constructions envisagées sur le terrain du propriétaire et ceux des riverains actuels soit réduite et que le chemin de mobilité douce qui traverse sa parcelle soit supprimé. Problème : le chemin en question a été réintroduit dans le plan en vue de la deuxième lecture, à la demande du Conseil de ville. Le conseiller commune en charge du dossier, Emmanuel Koller, a dit comprendre la demande de report et entend faire le tour des groupes politiques en vue de la seconde lecture au Conseil de ville. Il a également indiqué que ce nouveau délai pourrait décaler le calendrier de construction de l’école. 

Emmanuel Koller : « Peut-être qu’on pourra quand même demander le permis de construire pour l’école sachant qu’il restera des oppositions sur le plan spécial »

Emmanuel Koller espère que la seconde lecture du plan spécial devant le Conseil de ville pourra intervenir en juin prochain. /fco


Actualisé le

Actualités suivantes

Articles les plus lus