« Notre passé nous montre le chemin » : François Lachat

François Lachat a milité pour la création du canton du Jura avant d’être président de l’Assemblée ...
« Notre passé nous montre le chemin » : François Lachat

François Lachat a milité pour la création du canton du Jura avant d’être président de l’Assemblée Constituante puis de présider le premier Gouvernement jurassien.

François Lachat était le premier à présider le Gouvernement jurassien. François Lachat était le premier à présider le Gouvernement jurassien.

Son nom est entré dans l’histoire du Jura pour avoir présidé l’Assemblée Constituante puis pour avoir été le premier président du Gouvernement jurassien. François Lachat peut être considéré comme l’un des pères du canton. L’Ajoulot de Bonfol a été membre du comité directeur du Rassemblement jurassien à partir de 1966 avant d’occuper la vice-présidence du RJ dès 1971. Il a ainsi été choisi par Roland Béguelin pour défendre la participation du Rassemblement jurassien au vote du 23 juin 1974 lors de l’assemblée des délégués du RJ qui s’est tenue le 18 mai de la même année à la patinoire de Porrentruy. François Lachat s’est engagé dans la campagne en vue du plébiscite, notamment en faisant du porte-à-porte mais continue à vivement dénoncer l’additif constitutionnel qui comprenait le mécanisme des plébiscites en cascade et qui a mené à l’éclatement du Jura. C’est au Mouvement universitaire jurassien que l’Ajoulot a commencé à militer pour la cause jurassienne en 1964 avant de présider le MUJ entre 1966 et 1968.

François Lachat : « On a condamné les Jurassiens à devoir choisir entre l’unité et la liberté. Ils ont fini par choisir la liberté… et je porte toujours le deuil de l’unité. »

François Lachat a également travaillé aux côtés de Roland Béguelin au sein des instances dirigeantes du Rassemblement jurassien. Les deux hommes ont ensuite connu des divergences tactiques dans la période qui a suivi les plébiscites, alors que François Lachat était devenu président de l’Assemblée constituante puis du Gouvernement jurassien. Roland Béguelin voulait que le canton du Jura soit un Etat de combat, ce que François Lachat estimait impossible. L’Ajoulot se souvient ainsi d’une dispute avec Roland Béguelin sur la route qui les conduisait à un débat télévisé en vue du vote fédéral du 24 septembre 1978 sur l’entrée du canton du Jura dans la Confédération. Les deux hommes ont toutefois su conserver un respect mutuel. La première rencontre de François Lachat avec Roland Béguelin date de son enfance et l’Ajoulot en garde aussi un souvenir marquant.

« Les orteils de Roland Béguelin devaient être rouges à la fin du débat parce que je lui ai écrasé l’orteil à chaque prise de parole. »

François Lachat se souvient également d’une rencontre mémorable entre des représentants de la Constituante – dont lui-même et Roland Béguelin – avec trois juristes qui se sont mis à imaginer les conséquences d’un refus du peuple suisse et des cantons d’accueillir le Jura. L’Ajoulot qui présidait l’Assemblée Constituante avait finalement décidé d’interrompre la réunion en raison de l’attitude des participants… François Lachat raconte aussi une autre séance mémorable, cette fois-ci avec le Conseil fédéral, lorsqu’une délégation du premier Gouvernement jurassien a demandé de l’argent à la Confédération pour permettre l’entrée en souveraineté du canton au 1er janvier 1979. L’Ajoulot reste à jamais gravé dans l’histoire jurassienne pour avoir annoncé, depuis le perron de l’Hôtel de ville de Delémont, le résultat positif du vote du 24 septembre 1978 par ces mots  : « Citoyennes, citoyens, victoire ! »

« On est entré à genoux dans la Confédération en 1815 et nous sommes restés à genoux dans la Confédération jusqu’au 24 septembre 1978. »

François Lachat était le dernier protagoniste de la chronique « Notre passé nous montre le chemin » réalisée par François Comte à l'occasion du 50e anniversaire du vote du 23 juin 1974 qui a conduit à la création du canton du Jura. /fco


 

Actualités suivantes

Articles les plus lus