Un crédit pour le nouveau quai de chargement à Delémont

Le Conseil de Ville de Delémont a donné son feu vert lundi soir à un crédit de 500'000 francs ...
Un crédit pour le nouveau quai de chargement à Delémont

Hôtel de Ville de Delémont Les élus delémontain ont siégé à l'Hôtel de Ville lundi soir

Le Conseil de Ville de Delémont a donné son feu vert lundi soir à un crédit de 500'000 francs. Il s’agit de la participation communale au nouveau quai de chargement marchandises CFF à la Ballastière. Selon le message de l’exécutif au législatif, cette contribution est liée aux accords passés globalement avec les CFF : d’une part dans le cadre de la modification de l’aménagement local du terrain Gare Est, et d’autre part en lien avec l’achat de la parcelle destinée au futur campus tertiaire HE-Arc – HEP. Ce forfait de 500'000 francs représente environ la moitié de la somme nécessaire à l’investissement, le reste étant pris en charge par les CFF. Il a été accepté à une évidente majorité, sans avis contraire.

 

Une résolution pour la ligne Bâle-Genève via Delémont

Au début de la séance, le groupe socialiste, par la voix du suppléant Marc Ribeaud, a lancé une résolution en faveur de la liaison ferroviaire directe Genève / Lausanne – Bienne – Delémont – Bâle. Le texte demande aux CFF et à la Confédération de maintenir cet axe "qui constitue la colonne vertébrale de l’ensemble du système de transports publics de la région jurassienne" et, à terme, de l’améliorer. Il enjoint également le Conseil communal, les autorités cantonales et les représentants jurassiens aux Chambres fédérales d’entreprendre ou de soutenir toute action allant dans ce sens. La résolution, munie de 36 signatures, a été appuyée par 36 voix contre 0.

 

Inquiétudes concernant le projet cantonal de baisse d’impôts

A l’heure des questions orales, l’élue socialiste Murielle Macchi a interrogé le Conseil communal sur les répercussions pour les communes de la baisse d’impôts préconisée par le Gouvernement jurassien. Le maire, Pierre Kohler, s’est lui aussi montré préoccupé. "A ce jour, on ne connaît pas les propositions touchant aux impôts communaux, mais tout le monde s’inquiète de savoir à quelle sauce il sera mangé", a-t-il expliqué. Sans pouvoir apporter de réponse immédiate, il a toutefois indiqué que ce dossier allait susciter un débat. Une rencontre entre les communes et le ministre des finances, Charles Juillard, a d’ailleurs lieu mercredi soir.

 

Débordements de supporters en questions

Deux conseillers de ville sont en outre revenus sur le match de football entre les SRD et St-Gall en juillet dernier. Le PLR Pierre Chételat demandait s’il serait possible d’éviter aux restaurateurs du quartier de la gare de fermer les terrasses pour se mettre à l’abri d’éventuels débordements. A quoi le maire a répondu qu’il était dans l’intérêt des commerçants de suivre les recommandations de la police, et qu’il comptait sur leur bon sens à ce niveau-là. Quant à Didier Nicoulin, du groupe CS-POP + Verts, il s’interrogeait sur les mesures prises pour surveiller aussi les Delémontains, pas forcément supporters, qui ont profité de l’occasion pour narguer les St-Gallois et ainsi failli provoquer des bagarres. Le maire a répondu que les mesures coordonnées par la police cantonales étaient les mêmes pour tout le monde, Delémontains ou St-Gallois.

 

Quel avenir pour la police locale ?

Didier Nicoulin s’est également exprimé dans le cadre du développement de son interpellation intitulée "Police locale : enjeux, avenir et moyens ?". Le texte porte notamment sur l’avenir de la police municipale dans le cadre de la réflexion sur la fusion des polices cantonales jurassienne et neuchâteloise. Pierre Kohler a reconnu qu’il se pose les mêmes questions. Il a toutefois assuré que la commune sera associée à la réflexion et aux discussions, qui n’en sont qu’à leurs débuts. "Mais il ne faut pas avoir de tabou, et être assez ouverts pour envisager une police unique", a ajouté le maire.

 

Postulat pour une tarification de l’eau sociale et écologique

Le Conseil de Ville de Delémont a encore accepté, entre autres, un postulat CS-POP + Verts d’Emmanuel Martinoli. Celui-ci demandait que les tarifs de l’eau puissent être différenciés en fonction de la consommation. Il a cité l’exemple de Libourne, commune française située en Gironde, qui distingue plusieurs types d’eau : les 15 premiers mètres cubes sont considérés comme de l’eau vitale (ce qui représente 40 litres par personne et par jour) ; de 16 à 70 mètres cubes, il s’agit d’eau utile ; de 71 à 150, d’eau de confort. Chacune de ces fourchettes correspond à un tarif au mètre cube différent.

Le conseiller communal Pierre Brulhart a proposé d’accepté le postulat, tout en signalant qu’il serait techniquement difficile de calculer ce que consomme précisément chaque ménage. Le Conseil de Ville a approuvé la proposition à une évidente majorité.

 

Des étudiants pour faire place nette le week-end

Mentionnons encore l’acceptation par les élus d’un postulat CS-POP + Verts défendu par Didier Nicoulin, qui proposait d’engager des jeunes, notamment des étudiants, pour nettoyer la ville de la trace des fêtards le week-end, et ainsi soulager les services de voirie (sans pour autant mettre en péril des emplois communaux). /lbe


Actualisé le

Actualités suivantes

Articles les plus lus