Après la liste, la «coalition romande»

Les idées ne manquent pas pour tenter de garantir au Jura bernois un siège au Conseil national ...
Après la liste, la «coalition romande»

Jean-Pierre Graber, candidat malheureux à sa réélection au Conseil national Jean-Pierre Graber, candidat malheureux à sa réélection au Conseil national

Les idées ne manquent pas pour tenter de garantir au Jura bernois un siège au Conseil national. La non-réélection dimanche du seul candidat sortant – l’UDC neuvevillois Jean-Pierre Graber – pose la question de la représentation de la région à la Chambre du peuple. Trois pistes semblent se dessiner pour l’instant. En premier lieu: le cumul systématique d’un candidat du Jura bernois sur au moins une liste cantonale d’un grand parti bernois.

La liste romande unique constitue également une piste intéressante, à condition qu’une large palette de partis joue le jeu. Une telle initiative avait été lancée en 2003 par le PSA et le PDC et en 2007 par les radicaux. Ces expériences – pas assez rassembleuses – n’avaient pas abouti à l’élection d’un candidat de la région.

Une autre solution est évoquée notamment par Jean-Pierre Graber: une sorte de «coalition romande». Cette dernière serait composée de différentes listes régionales de partis ou de sensibilités politiques (bourgeoise, de gauche, etc…) liées par des apparentements. Au même titre que la liste romande, la coalition garantirait à coup sûr au moins un siège au Jura bernois. /fra

Le commentaire de Federico Rapini


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus