La Franche-Comté veut se faire attractive

La Franche-Comté veut se mettre en vitrine pour bénéficier elle aussi de l’arrivée du TGV. ...
La Franche-Comté veut se faire attractive

TGV

La Franche-Comté veut se mettre en vitrine pour bénéficier elle aussi de l’arrivée du TGV. La région française organisait mardi une journée découverte pour mettre en valeur son savoir-faire. Des politiciens, industriels, professeurs et autres sportifs de Franche-Comté ont ainsi pris le TGV et visité des entreprises. La présidente de la région, Marie-Guite Dufay, était du voyage. En gare TGV de Belfort-Montbéliard, elle a rappelé que le TGV était né "ici, dans les usines d’Alstom. Dans un mois et demi, il fêtera donc son retour ".

 

Un intérêt pour le savoir-faire jurassien

Un retour que la région ne veut pas rater. C’est pourquoi elle a lancé mardi une grande campagne de communication à laquelle le canton du Jura s’est associé. Pour preuve, une quarantaine d’invités ont ensuite choisi de venir visiter l’Ecole des métiers du technique (EMT) à Porrentruy. L’intérêt de découvrir les horlogers de demain était si grand qu’il a fallu refuser du monde.

Le directeur de l’école, Jean Theurillat, se réjouit de cette curiosité frontalière pour le savoir-faire jurassien. En terme de formation, il estime que la collaboration entre les deux pays sera appelée à s’intensifier. "On devrait plus regarder du côté français, explique Jean Theurillat. Aujourd’hui, le développement coûte très cher. Ce qui est inventé en France n’a pas besoin d’être inventé en Suisse, et vice-versa." La complémentarité, c’est aussi le discours de Marie-Guite Dufay qui a déclaré que "le voisinage avec la Suisse est une grande richesse pour la Franche-Comté". /clo


Actualisé le

Actualités suivantes

Articles les plus lus