Le PLRJ veut stopper l'hémorragie

"Notre parti a besoin d’une réforme de fond urgente". Ces mots sont ceux de Jacques Gerber ...
Le PLRJ veut stopper l'hémorragie

PLR

"Notre parti a besoin d’une réforme de fond urgente". Ces mots sont ceux de Jacques Gerber. Le chef de l’office jurassien de l’environnement réagit ainsi à la déroute du PLR dans le Jura lors des élections fédérales de dimanche. Pour la première fois depuis 1979, les "rouges" ont récolté moins de 10% des suffrages.

 

Qui pour la présidence ?

L’an dernier, le PLRJ avait déjà perdu trois sièges au Parlement jurassien. Le scrutin de dimanche est ainsi un nouvel échec selon Serge Vifian, ancien député libéral-radical au Parlement jurassien. "Cet échec s’ajoute hélas à de précédents, regrette-t-il. Une remise en question s’impose. Je ne suis pas de ceux qui font porter à nos dirigeants la totalité du poids de l’échec, mais il faut savoir s’en aller lorsqu’on a accumulé les défaites."

La présidente Françoise Doriot et le secrétaire général Stève Farine ont annoncé qu’ils quitteraient leurs fonctions à la fin de l’année. Qui pour leur succéder ? Le nom de Jacques Gerber à la présidence est évoqué dans le milieu.  Ce dernier nous a expliqué qu’il est aujourd’hui "incompatible" pour lui d’assumer une telle fonction en tant que chef de service. Jacques Gerber estime que "le PLRJ doit apprendre à mieux communiquer et reconstruire un projet de société basé sur l’humanisme." Une tendance à laquelle adhère Serge Vifian. "Le discours économique reste valable, mais il faut aussi savoir le nuancer."

 

Un vent écologique souffle

Le PLR doit aussi se rapprocher de la population selon Manuel Godinat, président de la section bruntrutaine du parti. Alors que les élections communales approchent déjà, le conseiller de ville estime que le parti doit "écouter les attentes des citoyens pour y répondre lui-même. La section ECO2 devrait nous permettre de concilier tous les aspects économiques et écologiques."

Cette section, portée par Pierre Xavier Meury, candidat malheureux aux Conseil national, en est à l’état embryonnaire…un peu comme les discussions entre le PCSI et la direction nationale des Verts libéraux. En phase de refondation, l’autre parti souffrant du canton discute avec les vainqueurs de dimanche qui ne sont pas encore présents dans le Jura pour voir si des synergies existent. /clo


Actualisé le

Actualités suivantes

Articles les plus lus