Le PLR prône des économies à travers les EMS

Home

Le Parti libéral-radical du Jura se penche sur les frais de fonctionnement des EMS. Il a déposé une motion au Parlement jurassien. Motion qui demande d’adapter l’encadrement à l’évolution de la formation et à la réalité des soins. Le PLR estime qu’une réforme dans les établissements médico-sociaux permettrait de faire des économies. La démarche s’inscrit dans une suite des mesures d’OPTIMA.

Nouvelles catégories de personnel

L’Ordonnance sur l’organisation gérontologique stipule que le personnel infirmier diplômé représente au minimum 20% du total des postes du personnel soignant. Or, le PLR écrit dans sa motion que le pourcentage des infirmiers dans les EMS est souvent supérieur à ce taux.

Pour les libéraux-radicaux, il faut aujourd’hui prendre en compte le fait que de nouvelles catégories de personnel sont apparues, notamment les ASSC : les assistants en soins et santé communautaire. Ces ASSC sont parfois appelés à se substituer aux infirmiers, sans toutefois pouvoir prétendre à les remplacer dans des actes où une formation médicale supérieure est requise. Mais le PLR estime que les EMS sont avant tout des lieux de vie, et que les cas nécessitant des soins pointus sont naturellement confiés aux hôpitaux. En ce sens, il souhaite davantage d’assistants en soins et santé communautaire et moins d’infirmiers.

Pallier une pénurie annoncée dans les hôpitaux

Le parti voit là un potentiel d’économies, mais aussi un rééquilibrage des effectifs qui tienne compte de la nature réelle des soins dispensés. Une réforme permettrait de revaloriser les ASSC et d’aiguiller les infirmiers vers les hôpitaux pour pallier la pénurie annoncée dans ce secteur. Le PLR demande donc au Gouvernement jurassien de modifier les textes législatifs concernés. /rch


Actualisé le

Actualités suivantes

Articles les plus lus