Pas de remontrances à la Poste

Le Parlement ne veut pas interpeller la Poste. Il n’a pas donné suite à une résolution du socialiste ...
Pas de remontrances à la Poste

Photo: archives Photo: archives

Le Parlement ne veut pas interpeller la Poste. Il n’a pas donné suite à une résolution du socialiste Nicolas Maître suite à l’annonce mercredi de la fermeture de 600 offices postaux d’ici à 2020. Avec 25 voix pour, une contre et 25 abstentions, le texte n’est pas adopté. Il aurait fallu un minimum de 31 voix pour qu’il passe la rampe. La résolution demandait au Gouvernement d’interpeller la direction de la Poste pour lui signifier son mécontentement et son opposition à la stratégie avancée par le Géant jaune.

Cri du cœur

C’est en particulier le ton de la résolution qui a déplu, en particulier du côté de la droite qui s’est dans sa grande majorité abstenue. Un ton jugé trop dur par le PLR et le PDC, qui préfèrent faire confiance au Gouvernement et aux élus jurassiens sous la Coupole fédérale pour une intervention. Le groupe démocrate-chrétien a d’ailleurs fait part de ses attentes dans un communiqué. Quant à l’UDC, même s’il partage le fond, il estime que la multiplication de ce genre de résolutions discrédite le Parlement. C’est par ailleurs inutile, le texte aurait l’effet d’un spam auprès de la direction de la Poste, selon le groupe agrarien, alors que la tâche de défendre les intérêts régionaux au niveau suisse revient aux élus fédéraux.

La Poste ne prend pourtant elle-même pas de gant, selon le PCSI qui souligne les manières pour le moins cavalières du Géant jaune. Car la stratégie annoncée mercredi est « violente », d’après le CS-POP, en comparaison avec la teneur de la résolution. Pour Nicolas Maître, la ferveur de son texte est proportionnelle à cette annonce fracassante, et vient d’autant plus du cœur que lui-même travaille au sein de l’entreprise et a été confronté à la fermeture d’offices en tant que conseiller communal à Clos du Doubs.

« Fossoyeurs du service public »

Le groupe socialiste au Parlement n’a pas tardé à réagir après le vote du Parlement. Il s’est fendu d’un communiqué pour dire sa stupéfaction que l’UDC, le PLR et le PDC renonce à donner un signal fort de mécontentement pour des questions de forme et en faisant abstraction de l’importance du fond. /ich


Actualisé le

Actualités suivantes

Articles les plus lus