Une fermeture mais des analyses assurées

La faillite du laboratoire ABL Analytics à Delémont n’entravera pas le travail de l’Office ...
Une fermeture mais des analyses assurées

David Eray David Eray assure que la fermeture du laboratoire ABL Analytics ne remet pas en cause la sécurité sanitaire dans le Jura (photo: archives).

La faillite du laboratoire ABL Analytics à Delémont n’entravera pas le travail de l’Office cantonal de l’environnement. C’est, en substance, la réponse de du ministre David Eray suite à une question orale de Pierre-André Comte mercredi matin au Parlement jurassien. L’élu socialiste a rappelé que le canton du Jura avait passé une convention de prestations avec l’entreprise suite à la fermeture du Laboratoire cantonal. Pierre-André Comte a qualifié la situation de « formidable gâchis ». Il souhaitait savoir les communes et les services de l’Etat allaient pouvoir satisfaire leurs besoins en analyses chimiques et si la sécurité sanitaire était garantie, notamment au niveau de l’eau potable.

Le ministre de l’Environnement s’est voulu rassurant dans sa réponse. David Eray a indiqué que « des contacts qui existaient déjà avec un autre laboratoire installé sur le territoire cantonal seront renforcés ». « Des discussions sont actuellement en cours », a encore précisé David Eray. Pour le ministre de l’Environnement, « les besoins en analyses à court terme devraient ainsi pouvoir être garantis jusqu’à la mise en place d’une solution durable ». David Eray a également précisé que « des contacts avaient été pris avec le canton de Neuchâtel qui s’est dit ouvert à venir en aide du canton du Jura » en cas de besoin. D’autres cantons seront aussi sollicités. Le ministre indique donc que le Gouvernement va « tout faire pour garantir la sécurité au niveau de l’eau potable concernant l’environnement ainsi que la sécurité sanitaire ».

Une créance de 90'000 francs en suspens

Par ailleurs, Pier-Luigi Fedele a posé une autre question orale sur le sujet. L’élu CS-POP demandait si le Gouvernement jurassien allait pouvoir récupérer l’argent issu de la vente du matériel du Laboratoire cantonal à ABL Analytics. Le ministre de l’économie et de la santé, Jacques Gerber, a indiqué que le montant de la vente se situait à 120'000 francs dont 30'000 francs ont été payés dès la livraison du matériel. Le reste – soit 90'000 francs – fait bien l’objet d’une créance dans la procédure de faillite. /fco


Actualisé le

Actualités suivantes

Articles les plus lus