Des crédits haut la main à Haute-Sorne

Une séance rondement menée à Haute-Sorne. Le Conseil général réuni mardi soir à Soulce n’a ...
Des crédits haut la main à Haute-Sorne

Conseil général de Haute-Sorne Le Conseil général de Haute-Sorne a avalisé quatre crédits mardi soir (photo: archives).

Une séance rondement menée à Haute-Sorne. Le Conseil général réuni mardi soir à Soulce n’a pas montré d’hésitation sur les objets qui lui étaient soumis. Il a approuvé sans difficulté le crédit de 153'100 francs pour le remplacement de la balayeuse de routes de la voirie et celui de 121'600 francs pour l’achat de compteurs d’eau à installer dans les villages de Soulce et Undervelier. Il a aussi opté pour une meilleure protection contre les crues en acceptant le crédit de 145'000 francs pour les honoraires d’études, l’appel d’offres et de réalisation des travaux du secteur Ruedin à Bassecourt, ainsi que le crédit de 231'600 francs pour les travaux à la Combe du Bez à Glovelier.

Quasi aucune opposition

Le premier objet, le remplacement de la balayeuse, a passé la rampe par 31 voix sans avis contraire. Il n’a d’ailleurs pas suscité de discussion. L’achat des compteurs d’eau a par contre rencontré l’opposition du groupe UDC. Son représentant à la tribune, Frédéric Juillerat, a rappelé les promesses faites dans la convention de fusion aux habitants de Soulce et Undervelier. Il a également dénoncé le fait que seule la commune soit habilitée à fournir les compteurs. Le Conseil général a néanmoins approuvé cet achat par 27 voix contre 3.

Des mesures exagérées

Les deux crédits destinés à améliorer la protection contre les crues n’ont pas suscité d’opposition formelle, mais ont soulevé des questionnements de la part du PS et du PCSI. Les socialistes ont évoqué des exigences élevées, voire surdimensionnées, et un saucissonnage des différents projets plutôt qu’un plan global. Le groupe PCSI a lui suggéré des mesures plus simples. Les ingénieurs présents ont répondu que les exigences en matière de protection contre les crues relèvent de la loi fédérale et de la carte des dangers. Les projets sont évalués pour subventionnement par la Confédération, qui met en balance le coût des travaux à effectuer et celui des dégâts potentiels si rien n’est entrepris. L’utilité de ces mesures est donc avérée, selon les experts. Les deux objets ont au final été approuvés par 21 voix sans avis contraire. /ich


Actualisé le

Actualités suivantes

Articles les plus lus