L’armée prend ses quartiers en Ajoie

Une centaine de véhicules de l’armée et environ 700 militaires sont prêts à être déployés dans ...
L’armée prend ses quartiers en Ajoie

 Les militaires sont en configuration réelle en Ajoie. (photo: bataillon d'infanterie 19)

Une centaine de véhicules de l’armée et environ 700 militaires sont prêts à être déployés dans le Jura. Une instabilité règne en Europe et elle pourrait rendre le secteur frontalier instable. Les soldats sont un appui de la police cantonale jurassienne. C’est le scénario qui est mis en place et joué depuis lundi matin à la caserne de Bure.

Dans cette fiction de deux jours, la police jurassienne ne peut plus travailler correctement sur tout le territoire. Du coup, elle doit se concentrer uniquement sur ses activités habituelles dans les villes. La surveillance et l’observation sont aux mains de l’armée, surtout dans les secteurs frontaliers. « On travaille uniquement sur du fictif en ne parlant pas de pays voisins, mais de structures qui n’existent pas. Pourquoi ? Parce que les conséquences seront de toute façon les mêmes chez nous s’il se passe un jour quelque chose de similaire, donc peu importe le nom que l’on donne », explique Pierre Aubry, commandant du bataillon d’infanterie 19.

Cette mise en scène en Ajoie a été imaginée par la brigade d’infanterie 2 et son Etat-Major. Il n’y a pas qu’un scénario à mettre en place, mais aussi toutes les conditions cadre pour qu’un tel exercice puisse se dérouler dans de bonnes conditions et au plus proche du réel. « Les soldats jouent bien le jeu. C’est toujours un peu compliqué tout au début, parce qu’il faut se remettre dans la logique militaire après être venue de la vie civile », conclut le commandant Pierre Aubry. /jeb


Actualisé le

Actualités suivantes

Articles les plus lus