Les sangliers et les blaireaux dans le viseur du canton

Blaireaux et sangliers saccagent tout sur leur passage. Les dégâts conséquents provoqués ce ...
Les sangliers et les blaireaux dans le viseur du canton

Les dégâts provoqués par les sangliers et les blaireaux dans le Jura ont coûté 290'000 francs l’année dernière. L’Office de l’environnement va prendre des mesures

 (Photo: archives)

Blaireaux et sangliers saccagent tout sur leur passage. Les dégâts conséquents provoqués ce début d’année par ces animaux poussent le canton à agir. L’Office de l’environnement (ENV) indique mardi qu’il renforce ses actions de gestion du sanglier et du blaireau. « La situation actuelle appelle une intensification marquée des démarches de réduction des effectifs », précise l’ENV dans un communiqué.

 

 

Les dégâts causés par les sangliers coûtent 290'000 francs par année

Le canton explique que les populations de ces bêtes restent très élevées malgré les moyens déjà déployés. À partir de 1990, le nombre de sangliers n’a cessé d’augmenter en Europe. « Dans la région, il se tirait alors 80 sangliers par an et les dégâts avoisinaient 60'000 francs par année. Aujourd’hui, les tableaux de chasse atteignent les 400 sangliers par saison et 290'000 francs ont été versés l’année dernière à titre de dédommagement en zone agricole », décrit l’ENV qui ajoute que ce montant n’inclut pas le personnel mobilisé pour le suivi, l’estimation des dégâts, le conseil et les tirs de régulation.

 

 

Situation grave en Ajoie

L’Ajoie est particulièrement touchée par ces dégâts sur les prairies et les pâturages. Une situation qui n’est « plus acceptable » selon le canton.

L’Office de l’environnement a donc décidé de prendre des mesures telles que l’augmentation des tirs de nuit effectués par les gardes-faunes cantonaux ainsi que pour les chasseurs. Une réorganisation et un suivi détaillé de la pratique des traques seront aussi mis sur pied en collaboration avec la Fédération cantonale jurassienne des chasseurs. Le dispositif des sites d’agrainage dissuasif, pour garder les sangliers en zone forestière, sera encore adapté et le corps des gardes-faunes assistants sera renforcé.

L’ouverture de la chasse à l’affût a lieu le 17 juin. L’Etat compte sur le concours des chasseresses et chasseurs pour diminuer la pression du sanglier sur la zone agricole. L’ENV ajoute enfin que « d’autres mesures ciblées sont en cours d’évaluation et pourront être introduites si la situation n’évolue pas favorablement d’ici au printemps prochain ». /lbr+comm


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus