Géothermie : le Gouvernement jurassien garde son cap

Le Gouvernement jurassien ne change pas son appréciation sur le projet de géothermie profonde ...
Géothermie : le Gouvernement jurassien garde son cap

L’initiative déposée par les opposants n’a pas d’effet suspensif. Le projet de Glovelier peut donc, pour l’heure, suivre son cours

Parlement jurassien Le ministre de l'Environnement David Eray a clarifié la situation sur le projet de géothermie profonde en cours à Glovelier.

Le Gouvernement jurassien ne change pas son appréciation sur le projet de géothermie profonde à Glovelier. Il a répondu en ce sens, mercredi au Parlement, aux interpellations des députés PCSI Géraldine Beuchat et PS Loïc Dobler. Les deux élus se sont interrogés sur la suite des étapes après le dépôt d’une initiative populaire munie de 4'250 signatures, demandant l’interdiction de l’exploration et l’exploitation de la géothermie profonde sur tout le territoire cantonal.

 

Pas d’effet suspensif

Ministre de l’Environnement, David Eray a déclaré que le projet de Haute-Sorne est conforme au droit en vigueur et que l’initiative ne provoque pas d’effet suspensif, indépendamment du nombre de signatures récoltées. Si le Tribunal fédéral rejette le recours actuellement en traitement, rien ne doit s’opposer au lancement des travaux. « Avec l’initiative sur laquelle le Parlement devra se pencher, la balle sera dans le camp des promoteurs. Ils peuvent démarrer le chantier, mais tout pourrait s’arrêter par la suite », a expliqué David Eray. Car en effet, le législatif cantonal doit se prononcer sur la validité matérielle de l’initiative des opposants au plus tard le 25 octobre prochain. Si le Parlement décide d’aller plus loin, il aura deux ans pour traiter l’initiative. Un vote populaire se déroulerait alors dans le meilleur des cas avant l’été 2018. En cas de « non », la cause serait entendue et les travaux – s'ils étaient en cours – devraient s'arrêter. /rch


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus