Pas davantage de signatures pour être candidat

Le Gouvernement jurassien ne souhaite pas augmenter le nombre de signatures pour poser sa candidature ...
Pas davantage de signatures pour être candidat

Le Gouvernement jurassien ne souhaite pas augmenter le nombre de signatures pour poser sa candidature à une élection

Nathalie Barthoulot Nathalie Barthoulot, au nom du Gouvernement jurassien, estime qu'il n'est pas nécessaire d'augmenter le nombre de signatures pour être candidat à une élection (photo: archives).

La candidature de Pascal Bedin à la mairie de Porrentruy s’est invitée mercredi matin au Parlement jurassien même si le nom du Bruntrutain n’a pas été directement prononcé. Le député PDC Yves Gigon a posé une question orale sur le sujet. Il a demandé au Gouvernement s’il avait l’intention d’augmenter le nombre de signatures pour être candidat. Le chiffre se situe à cinq paraphes aujourd’hui. La présidente du Gouvernement Nathalie Barthoulot a indiqué dans sa réponse que la loi sur les droits politiques était en cours de révision. Elle a toutefois précisé que l’exécutif ne souhaitait pas relever le nombre de signatures.

Nathalie Barthoulot a mis en avant plusieurs arguments. Elle a reconnu, tout d’abord, qu’il était relativement aisé de trouver cinq paraphes pour une commune comme Porrentruy et que la question était légitime. Nathalie Barthoulot a toutefois relevé que la situation était différente pour les petites communes. « Il faudrait, dès lors, prendre en considération la taille des cercles électoraux et des distinctions devraient être introduites, ce qui n’est pas le cas actuellement », a déclaré la présidente du Gouvernement. Sans nommer directement Pascal Bedin, Nathalie Barthoulot a relevé que le candidat en question avait recueilli une soixantaine de voix au premier tour. « On peut imaginer que même avec des exigences plus élevées en termes de signatures il aurait rempli les conditions », a déclaré Nathalie Barthoulot.

La deuxième raison avancée par la présidente de l’exécutif relève d’une « pesée d’intérêts entre le droit du citoyen à se présenter à une élection et un choix démocratique, les électeurs devant pouvoir s’exprimer en faveur de candidats aptes à exercer une tâche publique ». Pour Nathalie Barthoulot - qui s’est exprimée au nom du Gouvernement - « les électeurs jurassiens sont à même d’effectuer un choix éclairé et d’élire des candidats en mesure d’assurer la fonction d’élu communal, quel que soit le profil du candidat ».

Dernière raison avancée par Nathalie Barthoulot : l’argument financier. La présidente du Gouvernement souligne qu’aujourd’hui déjà la loi prévoit que les frais d’impression et de distribution des bulletins sont à la charge des candidats qui n’ont pas obtenu au moins 3% des voix, lors d’une élection au système majoritaire. Nathalie Barthoulot estime ainsi que la « loi contient suffisamment de cautèles pour éviter que de telles situations soient trop fréquentes ». « Le Gouvernement considère donc, a priori, qu’il n’y a pas de nécessités de restreindre davantage les droits politique et il n’entend pas proposer, à court terme, de modifier le nombre de signatures requises », a conclu Nathalie Barthoulot. /fco

 


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus