Des soupçons de mensonges contre Pauline Queloz

Pauline Queloz est soupçonnée d’avoir menti dans le cadre de son inscription aux examens d’avocats ...
Des soupçons de mensonges contre Pauline Queloz

Pauline Queloz est soupçonnée d’avoir menti dans le cadre de son inscription aux examens d’avocats mais l’élue PDC réfute cette accusation

Pauline Queloz Pauline Queloz fait l'objet d'une procédure disciplinaire dans le cadre de son inscription aux examens d'avocats (photo: archives).

Des éléments supplémentaires apparaissent suite aux accusations contre Pauline Queloz. Pour rappel : la députée PDC, qui est candidate à la présidence du Parlement, fait l’objet d’une procédure ouverte par la commission des examens d’avocats, une instance qui dépend du Tribunal cantonal. Pauline Queloz a voulu s'inscrire aux examens du barreau à la session d’automne sans remplir les conditions. C’est bien une enquête disciplinaire qui a été ouverte contre elle et pas une procédure administrative. L’information a été confirmée par le Tribunal cantonal, par son président Jean Moritz. L’enquête administrative ne peut concerner qu’un service de l’administration alors que la procédure disciplinaire porte sur une personne et peut aboutir à une sanction professionnelle, soit la radiation du tableau des avocats stagiaires.

 

Soupçons de mensonges et absences de réponses

Pauline Queloz est « soupçonnée de graves mensonges » sur la question de savoir si elle a obtenu tous les crédits pour son Master en droit à l’Université de Neuchâtel. Une condition nécessaire pour s’inscrire aux examens. Dans le courrier qu’elle a envoyé aux députés, Pauline Queloz parle, quant à elle, de négligence.

Autre grief formulé à son encontre : elle n’a pas produit l’attestation qui lui aurait permis de prouver qu’elle détenait tous les crédits en question. Il lui est également reproché de n’avoir pas répondu à de nombreuses sollicitations de la commission des examens pour éclaircir son cas. Le Tribunal cantonal a ainsi écrit au Bureau du Parlement il y a une semaine pour lui communiquer la situation. La décision a été prise par le plénum de l’instance judiciaire.

 

Pauline Queloz s’explique

Contactée, Pauline Queloz maintient ses précédentes déclarations. Elle parle de négligence mais réfute avoir menti. Pauline Queloz précise qu’il s’agit d’une « enquête disciplinaire et pas pénale » qui a été ouverte contre elle et que la procédure ne peut avoir que « d’éventuelles conséquences professionnelles ». Elle « réfute les accusations de graves mensonges » et « conteste avoir cherché à tromper la commission d’examens ». Pauline Queloz en veut pour preuve qu’elle « n’a pas fourni le document qui atteste l’obtention de tous les crédits universitaires ». Elle reconnaît, par ailleurs, avoir fait preuve d’une « certaine négligence » par rapport à certains courriers envoyés. Pauline Queloz indique, enfin, qu’elle « reste sereine » et « regrette qu’une affaire d’inscription à des examens prenne une ampleur d’affaire d’Etat ». /fco


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus