Pour le Gouvernement jurassien, les étudiants de la HEP-BEJUNE ne sont pas exploités

Le Gouvernement jurassien renouvelle sa confiance aux dirigeants de la HEP-BEJUNE et ne souhaite ...
Pour le Gouvernement jurassien, les étudiants de la HEP-BEJUNE ne sont pas exploités

L’exécutif cantonal a répondu à une question écrite du député CS-POP Rémy Meury au sujet de la formation par l’emploi

HEP-BEJUNE à Porrentruy Pour l'Etat jurassien, la HEP-BEJUNE ne s'enrichit pas sur le dos des étudiants.

Le Gouvernement jurassien renouvelle sa confiance aux dirigeants de la HEP-BEJUNE et ne souhaite pas se mêler des affaires internes de l’école. Il a répondu en ce sens à une question écrite du député Rémy Meury. L’élu CS-POP soupçonne la haute école pédagogique d’améliorer ses comptes sur le dos des étudiants.

 

La question de Rémy Meury portait sur la formation par l’emploi pour les élèves de 3e année. Pour contrer la pénurie d’enseignants de niveau primaire dans l’Arc jurassien, la HEP permet aux étudiants d’effectuer des remplacements rémunérés. Les salaires perçus sont versés dans un pot commun et répartis entre tous les étudiants. La haute école procède toutefois à une retenue de 15% sur les montants pour financer les frais d’organisation liés à cette prestation. En 2016, les remplacements ont rapporté 800'000 francs au pot commun. 120'000 francs sont revenus à la HEP. Rémy Meury estime que les coûts de gestion n’atteignent pas cette somme importante. Il parle ainsi d’exploitation des étudiants.

 

Prélèvement logique pour l'Etat jurassien

Le Gouvernement jurassien, qui soutient la formation par l’emploi, évoque dans sa réponse un important travail d’organisation, d’administration et d’encadrement. Il juge donc que le prélèvement effectué par la HEP est logique. Pour l’exécutif, les étudiants qui peuvent réaliser des remplacements sont gagnants et nullement exploités. Quant à savoir si la haute école opère ou non une retenue d’argent supérieure aux frais effectifs, le Gouvernement note qu’il n’entend pas se substituer au comité stratégique pour s’immiscer dans les affaires internes de la HEP-BEJUNE. Il souhaite que les organes dirigeants de l’école puissent continuer de travailler sereinement.

 

Le député Rémy Meury a encore demandé au Gouvernement jurassien s’il était favorable à accorder davantage de compétences à la commission interparlementaire de contrôle. L’Etat a répondu que cette question sera intégrée aux travaux de révision du concordat intercantonal qui ont été engagés par le comité stratégique de la HEP il y a une année.

 

Contacté par notre rédaction, Rémy Meury nous a confié ne pas être satisfait des réponses du Gouvernement et parle d’enfumage. L’élu delémontain entend continuer son combat pour un contrôle parlementaire et démocratique de la HEP-BEJUNE. « Il n’y a aujourd’hui aucun moyen de vérifier l’institution. Le comité stratégique a les pleins pouvoirs », déplore Rémy Meury. /rch


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus