Pas d’inquiétude pour le remboursement par Car Postal

Le ministre de l’environnement David Eray s’est monté rassurant quant à un remboursement financier ...
Pas d’inquiétude pour le remboursement par Car Postal

Le ministre de l’environnement David Eray s’est montré rassurant quant à un remboursement financier de Car Postal

David Eray David Eray a répondu à une question sur Car Postal (photo: archives).

« Le canton du Jura aura les moyens d’être remboursés par La Poste » suite au scandale de sa filiale Car Postal. C’est ce qu’a affirmé ce mercredi matin le ministre de l’environnement au Parlement à l’heure des questions orales. David Eray a ainsi répondu à une interrogation de Suzanne Maitre-Schindelholz. La députée PCSI a dit craindre que les 78 millions de subventions perçus indûment par Car Postal auprès de la Confédération et des cantons soient remboursés sur le dos des utilisateurs.

David Eray a indiqué que La Poste avait les moyens de payer puisque l’entreprise avait réalisé 516 millions de francs de bénéfice entre janvier et septembre 2017. Il a donc indiqué qu’il n’avait « pas de soucis » quant aux capacités de rembourser du géant jaune ou de Car Postal. « C’est plutôt la Confédération – propriétaire de La Poste - qui doit s’inquiéter d’une baisse de ses dividendes », a ajouté David Eray. Pour le ministre de l’environnement, « ce n’est pas aux communes, aux cantons et aux employés de payer la note ». David Eray a également précisé les démarches effectuées par le canton du Jura depuis l’éclatement du scandale. Une lettre a été envoyée à l’Office fédéral des transports et à La Poste pour être « étroitement associé aux procédures en cours », notamment concernant le remboursement des subventions perçues en trop. David Eray a, par ailleurs, indiqué qu’il était convaincu que les cantons n’avaient pas été prétérités de la même manière.

Le ministre de l’environnement a également déclaré que le scandale menace l’emploi « d’une manière différente ». Il a rappelé que les prétentions financières de Car Postal avaient forcé le Gouvernement à réduire les lignes. « 70'000 kilomètres de transports par bus ont été supprimés et donc des emplois ont été directement supprimés », a rappelé David Eray. Le ministre de l’environnement a conclu en estimant que la mise au concours des lignes de bus décidés par le Gouvernement jurassien était « un bon choix qui ne doit pas prétériter les employés ou la qualité des transports mais qui doit être favorable aux finances publiques et aux contribuables jurassiens ». /fco


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus