Les trains suisses n’iront pas jusqu’à Belfort-ville

Les convois suisses de la ligne Bienne-Delle-Belfort n’ont pas été homologués pour aller plus ...
Les trains suisses n’iront pas jusqu’à Belfort-ville

Les convois suisses de la ligne Bienne-Delle-Belfort n’ont pas été homologués pour aller plus loin que la gare TGV de Meroux. Un état de fait ratifié dans la convention fin 2016, mais qui inquiète aujourd’hui les élus du Territoire de Belfort

Gare de Belfort Les trains suisses ne verront pas la Gare de Belfort-ville. (Photo: archives)

Des élus du Territoire de Belfort tirent la sonnette d’alarme. Ils s’inquiètent du fait que les trains suisses qui circuleront sur la future ligne Bienne-Delle-Belfort n’ont pas été homologués pour aller jusqu’à Belfort-ville. Une décision qui ressort de la SNCF et de la Région Bourgogne Franches-Comté. En provenance de la Suisse, les convois devront ainsi s’arrêter à la gare TGV de Meroux. Selon un article de l’Est Républicain paru le 19 mai, une conférence de presse a eu lieu vendredi dernier à l’initiative du président du Grand Belfort, Damien Meslot, du sénateur Cédric Perrin, du député Ian Boucard et du président du conseil départemental, Florian Bouquet. « La faiblesse et la complexité de l’offre nous font craindre que beaucoup de gens continuent à utiliser leur voiture », a déclaré à cette occasion Damien Meslot. Une partie des horaires est, en effet, jugée peu pratique.

 

Rien de nouveau pour le Jura

Côté jurassien, cet état de fait n’est pas nouveau. Le ministre de l’environnement, David Eray, nous a expliqué qu’il avait été ratifié dans la convention signée par l’Office fédéral des transports, la Région Bourgogne Franche-Comté et le canton du Jura fin 2016. Les acteurs suisses n’avaient pas obtenu que leurs trains puissent aller jusqu’à Belfort-ville, mais ont pris acte de cette situation issue des négociations. « Mon impression, c’est que les Français ne voulaient pas voir de trains suisses aller trop loin en France, pour ne pas que les Français se rendent compte que les coûts d’exploitation des trains suisses sont inférieurs aux coûts d’exploitation des trains français, ce qui maintenant est mis en exergue par les grandes manœuvres syndicales et la volonté de réforme du Président Emmanuel Macron », ajoute David Eray.

Concernant les inquiétudes actuelles des élus départementaux, le ministre jurassien évoque aussi des enjeux politiques divergents entre la majorité et l’opposition entre la Région Bourgogne Franches-Comté et le Territoire de Belfort. L’OFT, le canton du Jura et les CFF espèrent, toutefois, pouvoir à nouveau rediscuter de cette thématique à l’avenir. Une rencontre est d’ailleurs prévue le 29 mai entre des représentants des autorités jurassiennes et les élus du Territoire de Belfort. /emu


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus