Une présence militaire depuis 50 ans à Bure

La place d’armes de Bure est fêtée en grande pompe vendredi avec les officiels et samedi avec ...
Une présence militaire depuis 50 ans à Bure

La place d’armes de Bure est fêtée en grande pompe vendredi avec les officiels et samedi avec le public

Exercice de combat Exercice de combat dans le village de Nalé.

Voilà 50 ans que l’armée occupe un millier d’hectares à Bure. Une manifestation s’est tenue vendredi avec les officiels. Samedi, c’est le public qui pourra découvrir les lieux et les démonstrations de la troupe de 8h à 16h. La place d’armes de Bure compte désormais de nombreux bâtiments, une gare, des kilomètres de piste et un village d’exercice. Et pourtant au début des réflexions en 1930, la population jurassienne était plutôt hostile à sa venue en lien avec la défense des terres cultivables, mais aussi d’un point de vue du combat jurassien.

 

Un long processus

Après avoir tiré un trait sur les Franches-Montagnes, l’armée s’est intéressée au village de Bure. C’est en 1957 que les Chambres fédérales ont alloué un crédit de 20 millions de francs pour la construction de ce site avec tout d’abord des travaux pour desservir la commune par le rail. En 1968, l'inauguration s’est déroulée en catimini puisque l’armée n’était toujours pas la bienvenue. Les choses ont dorénavant bien changé. Selon la ministre de l’Intérieur, autant les Jurassiens ont manifesté contre cette place d’armes il y a cinquante ans, autant aujourd’hui, ils manifesteraient si elle devait être supprimée. Nathalie Barthoulot n’a pas de crainte à avoir de ce côté-là puisque le Commandant de corps et Chef d’instruction, Daniel Baumgartner, indique que tant que l’armée existe, « on sera à Bure ».

 

La place d’armes de Bure en chiffres

Le Centre d’instruction au combat Ouest accueille chaque année 200'000 nuitées. Ce sont 129 personnes, civiles et militaires, qui travaillent sur ce site. L’armée y a investi depuis trente ans 230 millions de francs. Et les dépenses vont continuer d’augmenter. Le Commandant de la place d’armes de Bure, le Colonel d’État-major Philippe Brulhart, indique que les travaux d’assainissement se poursuivent avec en 2019 la caserne des officiers. Une troisième étape est d’ores et déjà agendée de 2026 à 2031 pour poursuivre la rénovation complète des bâtiments. D’autres projets sont en réflexion. Le Colonel d’État-major cite par exemple l’agrandissement du village d’exercice. Ces nombreux travaux sont pour la plupart attribués à des entreprises jurassiennes. Autre impact non négligeable pour le tissu économique de la région, c’est environ un million de francs qui est dépensé chaque année dans les commerces locaux pour la subsistance de la troupe.

 

Un exercice grandeur nature

Les officiels ont eu l’occasion également de découvrir un exercice dans le village de Nalé. Des chars et des militaires se sont affrontés afin de démontrer les possibilités qu’offrent les lieux équipés de nombreux capteurs. Ceux-ci permettent de rendre l'exercice plus réel avec le déclenchement de fumée quand un tir touche virtuellement sa cible ou encore des effets sonores. Le tout est filmé et géolocalisé pour suivre au plus près les hommes. Autre démonstration impressionnante : un hélicoptère Super Puma, puis un avion de chasse FA 18 ont fait quelques figures au-dessus du village d’exercice. Ces démonstrations seront aussi visibles samedi pour le public de 8h à 16h. /ncp

Monument commémoratif Un monument commémoratif pour les 50 ans de la place d’armes de Bure a été dévoilé vendredi. Il porte les noms des différents Commandants qui ont dirigés les lieux et les insignes des formations qui font leur service à Bure (l’infanterie, l’artillerie, les blindés et les sapeurs de chars).


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus