Un potentiel d’amélioration pour prévenir la montée des eaux

L’efficacité de la Stratégie cantonale de surveillance, d’alerte et d'intervention en cas de ...
Un potentiel d’amélioration pour prévenir la montée des eaux

L’efficacité de la Stratégie cantonale de surveillance, d’alerte et d'intervention en cas de crues exceptionnelles est venue sur le tapis lors des questions orales au Parlement mercredi

David Eray David Eray

Des mesures qui portent leurs fruits en cas de montée des eaux, mais qui devraient être plus largement appliquées. La pertinence de la Stratégie cantonale de surveillance, d’alerte et d'intervention en cas de crues exceptionnelles, adoptée en 2015, s’est posée lors des questions orales au Parlement jurassien mercredi. La députée PDC de Boncourt Florence Boesch se demandait en quoi elle avait permis une meilleure gestion de la crue survenue la semaine dernière, par rapport à celle d'août 2007, qui avait marqué un tournant dans la gestion des dangers naturels dans le canton.

Dans sa réponse, le ministre de l’environnement, David Eray, a relevé que dans la nuit du12 au 13 juin dernier : « la Cellule crues et danger météo a pu être activée dès 1h15 du matin, ce qui démontre la rapidité et l’efficacité de cette organisation. À 2h, un premier rapport a été transmis aux groupes d’intervention au niveau des pompiers, qui ont pu relayer l’alerte et travailler dans le terrain. Cela a permis de prendre des mesures de prévention des dommages liés à la montée des eaux ».

 

Des choses restent à améliorer

Par contre, il y a encore des potentiels d’amélioration et toutes les communes n‘ont pas encore mis en place le Plan d’alarme et d’intervention (PAI). Cela explique que certains citoyens n’ont pas été avertis durant la nuit du danger qui menaçait leur habitation. « Après ces événements, une analyse va être faite et des mesures vont être demandées là où des potentiels d'amélioration existent. Nous considérons aussi que ces événements sont une piqûre de rappel pour les choses qui doivent encore être mises en place. Les communes concernées, là où il y a des besoins d'aménagements au niveau des rivières qui ne sont pas engagés, seront alors invitées à prendre le problème en main », a conclu David Eray. /emu


Actualisé le

Actualités suivantes

Articles les plus lus