La police jurassienne ne veut pas des caméras embarquées

Les « bodycams » font débat à Zurich et Genève. La ville de Zurich compte doter ses forces ...
La police jurassienne ne veut pas des caméras embarquées

Les « bodycams » font débat à Zurich et Genève. La ville de Zurich compte doter ses forces de l'ordre de ces petites caméras portables fixées à leurs gilets. Le canton du Jura refuse leur usage systématique

Les caméras embarquées sont fixées aux gilets des policiers. Les caméras embarquées sont fixées aux gilets des policiers.

Les policiers doivent-ils se doter de caméras embarquées? Le débat est lancé à Zurich et Genève. La ville de Zurich souhaite imposer le port de ces petites caméras portables, fixées aux gilets des forces de l'ordre. Le canton du Jura s'oppose à leur usage systématique.


Pour ses partisans, la caméra protégerait les fonctionnaires de police contre des accusations d'abus d’autorité. Elle permettrait d'éviter les agressions contre les forces de l'ordre. Les violences contre les fonctionnaires de l’Etat, comprenant les policiers, sont en effet en hausse en Suisse, selon des chiffres publiés par le journal Le Temps. 


Ses détracteurs affirment que la caméra embarquée contrevient au respect de la vie privée. Les policiers pourraient également se sentir surveillés dans l'exercice de leur fonction.

La position de la police cantonale jurassienne est claire

Damien Rérat, commandant de la police cantonale jurassienne, rappelle que la Fédération suisse des fonctionnaires de police, principal syndicat, s'est opposée à cette technologie. Il présente la position de la police cantonale jurassienne, au micro de Marceline Michon:

Si le canton du Jura refuse l'usage systématique des « bodycams », Damien Rérat précise que le port occasionnel est prévu, dans deux cas précis:

/mmi


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus