Parlement jurassien : pas de sièges vacants en attendant Moutier

Le Parlement jurassien ne laissera pas de sièges vides dans son hémicycle en attendant l'entrée ...
Parlement jurassien : pas de sièges vacants en attendant Moutier

Le législatif a rejeté mercredi un postulat du CS-POP Rémy Meury, qui souhaitait que la cité prévôtoise soit représentée au cours de la législature 2021-2025

Parlement jurassien Le Parlement jurassien veut une entrée rapide de Moutier dans le Jura, mais ne suit pas la proposition de Rémy Meury pour y parvenir. (photo archive)

Le Parlement jurassien ne laissera pas de sièges vides dans son hémicycle en attendant l'entrée de Moutier dans le canton du Jura. Il a rejeté, mercredi matin, par 43 voix contre 15, une motion transformée en postulat du député CS-POP Rémy Meury. L'élu delémontain souhaitait que le Gouvernement propose une modification de la Loi sur les droits politiques pour mettre sur pied une période transitoire durant laquelle des sièges seraient réservés à la ville de Moutier, qui constituera une circonscription électorale dès son entrée dans le Jura. En résumé, 53 sièges seraient attribués lors des prochaines élections cantonales de 2020, et 7 non-occupés reviendraient aux Prévôtois lors d'une élection complémentaire ultérieure.

 

Le Gouvernement jurassien a estimé qu'il est impossible de déterminer, à ce jour, la date de l'entrée de Moutier dans le Jura, et qu'au regard de l'incertitude, il est prématuré de faire des modifications législatives. Le ministre Charles Juillard a par ailleurs souligné que la Constitution dit que le Parlement est formé de 60 députés, et que la proposition de Rémy Meury ne demande pas de modifier cette Constitution.

 

A l'exception du PCSI qui a soutenu la transformation de la motion en postulat, le texte a été rejeté par tous les partis. Le terme de fausse bonne idée a souvent été employé dans le débat.

 

A noter que le Gouvernement a rappelé que son objectif est de voir Moutier entrer dans le Jura dans les plus brefs délais. En clair, les réflexions sont bien en cours pour étudier les pistes possibles, sans devoir passer par l'adoption d'un postulat au Parlement. Avis partagé par l'observateur de Moutier Pascal Eschmann, qui souligne les problèmes juridiques liés au postulat de Rémy Meury. Pascal Eschmann qui s'est, en outre, dit pleinement satisfait de l'engagement des autorités jurassiennes en faveur de la cité prévôtoises. Engagement manifesté à de nombreuses reprises. /rch


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus