Un postulat pour améliorer la représentation des femmes au Parlement

Le Parlement jurassien a accepté mercredi matin un postulat du député du groupe Verts et CS-POP ...
Un postulat pour améliorer la représentation des femmes au Parlement

Le Parlement jurassien a accepté mercredi matin un postulat du député du groupe Verts et CS-POP Christophe Terrier. Le texte demande au Gouvernement d’étudier des pistes pour augmenter le nombre de femmes au législatif cantonal

 Image d'illustration

Le Parlement jurassien veut améliorer la représentation des femmes au législatif cantonal. Les députés ont accepté mercredi, par 44 voix contre 8 et 6 abstentions, un postulat de l’élu du groupe Verts et CS-POP Christophe Terrier allant en ce sens. Le texte demande que le Gouvernement étudie des pistes pour augmenter significativement la proportion de femmes au sein de l’hémicycle du Parlement. Christophe Terrier a dit vouloir créer un débat de fond sur la question. Selon lui, les incitations ne sont aujourd’hui plus efficaces. L’évolution des mentalités est lente, trop lente, et il est temps de légiférer sur cette problématique. « La tendance naturelle d’aller vers la parité s’est érodée. On voit des stagnations et c’est maintenant qu’il faut vraiment agir », a indiqué le député de Bassecourt.

 

Le soutien du Gouvernement

Le Gouvernement jurassien, qui soutenait le postulat, est également d’avis qu’il faut réfléchir à la question et qu’il y a matière à faire davantage. Le président de l’exécutif, David Eray, a rappelé que le Parlement n’était composé que d’un quart de femmes. Le ministre a souligné la faible proportion de députés féminines au sein de certains groupes parlementaires, voir l’absence complète de femmes comme c’est le cas au PLR. « Le postulat va dans le sens de ce que fait déjà en partie le Gouvernement avec la déléguée à l’égalité qui propose un soutien aux femmes qui s’engagent en politique », souligne David Eray.

 

La peur des quotas

Lors des prises de position des groupes parlementaires, plusieurs députés ont toutefois fait part de leurs craintes quant à l’instauration de quotas. Pour l’UDC Brigitte Favre, cette façon de faire dégrade les femmes. Le PLR, Alain Schweingruber, a lui estimé que ce n’était pas une solution adéquate. Christophe Terrier a rappelé que les pistes évoquées dans son postulat n’étaient que des exemples. « Les quotas sont quelque chose de particulier et déplaisent à certains partis mais il existe des voies où l’on peut s’en passer. Il est possible d’étudier d’autres modèles. Le but de ce postulat est justement d’élargir le champ de vision », a indiqué le député Vert et CS-POP.    

Un avis partagé par le président du Gouvernement jurassien, David Eray. Pour lui, il y a plusieurs solutions à explorer, notamment au niveau de la constitution des listes électorales ou des conditions-cadres dans la vie quotidienne pour que les femmes puissent plus facilement se lancer en politique. /alr  


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus