Riche débat en vue sur le vote électronique dans le Jura

Le Parlement jurassien va-t-il introduire le vote électronique dans le canton ? Il se prononcera ...
Riche débat en vue sur le vote électronique dans le Jura

Le Parlement jurassien se prononcera mercredi prochain, alors que le sujet divise la commission de la justice

vote électronique Le Jura va-t-il s'ouvrir au vote électronique? Réponse mercredi prochain au Parlement (illustration: ch.ch)

Le Parlement jurassien va-t-il introduire le vote électronique dans le canton ? Il se prononcera mercredi prochain, lors du débat sur la modification de la loi sur les droits politiques. La commission de la justice s’est réunie le 8 novembre dernier et a examiné le projet. Elle s’est montrée divisée sur la question, avec deux minorités qui se sont dégagées. On a notamment observé deux extrêmes : la majorité de la commission (PDC, PLR et PCSI) soutient l’introduction du vote électronique, alors que la première minorité (UDC, Verts et CS-POP) s’y oppose totalement, jugeant le système pas encore fiable.

Entretien avec le député Vincent Eschmann, président de la commission de la justice (à écouter ci-dessous) :

Vincent Eschmann

La commission de la justice s’est aussi penchée sur les délais de dépôt des candidatures aux élections au Gouvernement, au Parlement et dans les communes. L’exécutif cantonal souhaite les anticiper de deux semaines pour les harmoniser avec ceux de la Confédération. Une minorité (UDC) s’y oppose. La commission a encore étudié l’introduction d’un quorum de 5% au premier tour d’une élection au système majoritaire pour permettre à un candidat de se présenter au second tour. Une minorité (Verts et CS-POP) n’en veut pas, estimant qu’il s’agit là d’une trop grande restriction des droits politiques. Enfin, la majorité de la commission de la justice s’oppose à la proposition du Gouvernement jurassien de supprimer les féries judiciaires en matière de droits politiques.

A noter encore que la commission de la justice a reçu une délégation du Tribunal cantonal pour échanger et instaurer une meilleure compréhension entre les institutions. Il a notamment été question de la communication entre les autorités judiciaires et parlementaires, puis des notions de secret de fonction et de secret de l’instruction. Cette rencontre a été organisée – entre autres – suite à la décision du Parlement, en février, de ne pas lever l’immunité des juges. /rch + comm


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus