Le Gouvernement jurassien avec Carles Puigdemont : pas de problème

La présence de l'exécutif cantonal et l’allocution de son président David Eray à la dernière ...
Le Gouvernement jurassien avec Carles Puigdemont : pas de problème

L’exécutif cantonal a répondu à une question écrite au sujet de sa participation à la Fête du peuple avec le leader indépendantiste catalan

Le président en exil de la Catalogne Carles Puigdemont (à gauche) salue le président du Gouvernement jurassien David Eray à la Fête du peuple. L'exécutif cantonal a dû expliquer ses vues sur sa participation à la manifestation (photo: archive). Le président en exil de la Catalogne Carles Puigdemont (à gauche) salue le président du Gouvernement jurassien David Eray à la Fête du peuple. L'exécutif cantonal a dû expliquer ses vues sur sa participation à la manifestation (photo: archive).

La présence du Gouvernement jurassien et l’allocution de son président David Eray à dernière Fête du peuple n’ont pas été un problème. L’exécutif cantonal a répondu en ce sens à une question écrite du député indépendant Yves Gigon. Le président en exil de la Catalogne Carles Puigdemont a été l’invité d’honneur de la manifestation en septembre dernier. L’élu du Courgenay a demandé des explications sur la participation de l’Etat jurassien à la Fête du peuple aux côtés du leader indépendantiste.

 

Le DFAE contacté spontanément

Selon Yves Gigon, Carles Puigdemont est présumé avoir commis des délits contre l’ordre constitutionnel et juridique en Espagne, et donc n’avoir pas respecté l’Etat de droit de ce pays. Le député ajoulot a fait référence à l’organisation d’un référendum non-autorisé sur l’indépendance de la Catalogne. Il s’est du coup demandé s’il était judicieux de voir le Gouvernement jurassien aux côtés du leader indépendantiste à la dernière Fête du peuple. L’exécutif a répondu que sa présence n’a pas été problématique. Premièrement, Carles Puigdemont a été invité par le Mouvement autonomiste jurassien et le Gouvernement n’a pas été consulté. Deuxièmement, le Gouvernement a contacté spontanément le Département fédéral des affaires étrangères pour être certain d’adopter la bonne attitude. Il a aussi fourni une copie du discours du ministre David Eray. Le DFAE n’a pas émis de critique particulière. Carles Puigdemont est d’ailleurs considéré en Suisse comme un ressortissant étranger traditionnel. Troisièmement, le Gouvernement n’a pas modifié le protocole de la partie officielle de la Fête du peuple dans laquelle il s’exprime de coutume. Il n’a offert aucun égard particulier au président catalan en exil. Sur le conflit politique entre l’Espagne et la Catalogne, l’Etat jurassien note avoir adopté une position neutre et avoir proposé son appui dans le cas où la Suisse mènerait un jour une médiation.

Quant aux aspects « sécurité » et « coût » de la venue de Carles Puigdemont à Delémont, le Gouvernement indique que trois agents de la police ont été engagés durant une vingtaine d’heures. Le montant de l’opération pour le canton est de 1'800 francs. /rch


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus