Criminalité en baisse dans le Jura

Les infractions au Code pénal ont diminué de 10% l'an dernier dans le canton. Les affaires ...
Criminalité en baisse dans le Jura

Les infractions au Code pénal ont diminué de 10% l'an dernier dans le canton. Les affaires liées à la cybercriminalité ont en revanche augmenté de 50%

Gilles Bailat (chef de la gendarmerie), Damien Rérat (commandant de la police cantonale), Nathalie Barthoulot (cheffe du Département de l'intérieur) et Bertrand Schnetz (chef de la police judiciaire) de gauche à droite. Gilles Bailat (chef de la gendarmerie), Damien Rérat (commandant de la police cantonale), Nathalie Barthoulot (cheffe du Département de l'intérieur) et Bertrand Schnetz (chef de la police judiciaire) de gauche à droite.

La criminalité est en baisse dans le canton du Jura. En 2018, elle a reculé de 10% par rapport à 2017, selon les chiffres de la criminalité présentés lundi par la police cantonale jurassienne. Pour la première fois, la fréquence des infractions est passée sous la barre de 40 pour 1'000 habitants (33,3%o) dans les trois districts. Le taux d’élucidation pour les infractions au Code pénal (42,8%) est resté au même niveau qu’en 2017. C’est plus que la moyenne suisse qui pointe à 37,9%.

Les infractions au Code pénal ont sans cesse diminué depuis 2015 dans le canton du Jura (image: police cantonale jurassienne). Les infractions au Code pénal ont sans cesse diminué depuis 2015 dans le canton du Jura (image: police cantonale jurassienne).

Moins de cambriolages l'an dernier

Le nombre de cambriolages a reculé de 15% en 2018 par rapport à 2017. De nombreuses identifications et interpellations ont permis de diminuer drastiquement les cambriolages perpétrés principalement par la criminalité itinérante, a souligné la police cantonale jurassienne. Les brigandages ont, eux, représenté quatre infractions l'an dernier.

La cybercriminalité en nette hausse

Vol de données numériques, escroqueries aux petites annonces sur internet, demande de rançon en ligne, etc. Les infractions liées à la cybercriminalité ont augmenté de 50% l’an dernier dans le Jura. Plus de 100 affaires ont été traitées par les forces de l’ordre.

La répression est compliquée car les auteurs d’infractions en ligne se trouvent souvent à l’étranger. Une approche préventive et perturbatrice est donc privilégiée, selon Bertrand Schnetz, chef de la police judiciaire jurassienne.

Bertrand Schnetz : « Les auteurs vont abandonner le pied-de-biche et prendre l’ordinateur »

La lutte contre la cybercriminalité coûte cher et demande des compétences pointues. La police cantonale doit former ses agents, selon Damien Rérat, commandant de la police cantonale jurassienne. Il ajoute qu'une collaboration nationale et la création de centres de compétences sur la cybercriminalité, sous la direction de Fedpol, est actuellement en réflexion en Suisse.

Damien Rérat : « Nous renforçons notre cellule de spécialistes »

Les infractions en lien avec la cybercriminalité ont nettement augmenté l'an dernier dans le Jura (image: police cantonale jurassienne). Les infractions en lien avec la cybercriminalité ont nettement augmenté l'an dernier dans le Jura (image: police cantonale jurassienne).

+44% d'infractions contre l'intégrité sexuelle

Les infractions contre l’intégrité sexuelle ont augmenté de 44% l'an dernier. Celles liées à des actes d’ordre sexuel avec des enfants ont aussi progressé. Onze ont été constatées en 2018 contre 8 en 2017. Selon la police cantonale jurassienne, la mise en place d’un protocole d'annonce, autour des acteurs scolaires notamment, a contribué à cette augmentation. /mmi-gtr


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus