Le Gouvernement préoccupé par la ligne Delle-Belfort

La problématique de la faible fréquentation du tronçon a été évoquée mercredi au Parlement ...
Le Gouvernement préoccupé par la ligne Delle-Belfort

La problématique de la faible fréquentation du tronçon a été évoquée mercredi au Parlement jurassien lors des questions orales

La ligne a été inaugurée en décembre 2018 (photo : archives). La ligne a été inaugurée en décembre 2018 (photo : archives).

La fréquentation inférieure aux attentes sur la ligne ferroviaire Delle-Belfort, rouverte en décembre dernier, est une préoccupation pour le Gouvernement jurassien. L'un des objectifs de cette ligne est d'inciter les frontaliers français à emprunter le train plutôt que la voiture.

« Nous devons travailler pour rendre la ligne attractive », a indiqué mercredi le ministre jurassien David Eray en réponse à une question orale du député UDC Damien Lachat lors de la séance du Parlement jurassien. Les premiers chiffres de la fréquentation faisaient état de quelque 200 voyageurs frontaliers lors des premières semaines d'exploitation.

L'objectif du Département français du Territoire de Belfort et du canton du Jura est d'atteindre les 1’500 à 1’600 voyageurs dans les trois ans après la réouverture. Pour tenter de s'approcher de ce chiffre, le chef du Département jurassien de l'environnement a évoqué un projet pilote « pour aller vers les employeurs pour rabattre des pendulaires de la route au rail ».

Pour David Eray, les frontaliers ne connaissent pas toujours les avantages fiscaux et économiques qu'offre le train sur la voiture. Pour le Gouvernement, la fréquentation de la ligne Delle-Belfort est certes faible pour le moment, mais des outils pourront être mis en place pour attirer davantage de frontaliers. La ville de Delle se situe à quelques centaines de mètres la frontière suisse.

Si l’affluence est en-deçà des espérances, certains résultats sont toutefois observés selon David Eray  

/ATS-mle 


 

Actualités suivantes

Articles les plus lus