Budget de Delémont : le PDC espère un échelonnement des postes après le référendum

À deux semaines du référendum contre le budget de la ville, les opposants martèlent que les ...
Budget de Delémont : le PDC espère un échelonnement des postes après le référendum

À deux semaines du référendum contre le budget de la ville, les opposants martèlent que les deux millions de francs de charges liées à la création de 18,8 postes sont déraisonnables au vu du contexte actuel

La population est appelé aux urnes le 30 juin pour se prononcer sur le budget de la ville de Delémont. La population est appelé aux urnes le 30 juin pour se prononcer sur le budget de la ville de Delémont.

Dans deux semaines, le 30 juin, les Delémontains seront appelés à se prononcer sur ce fameux budget 2019 de la ville attaqué par le PDC via un référendum. La population sera très précisément appelée à se prononcer sur le budget dans son ensemble. Mais ce sont bien évidemment les charges liées à la création des 18,8 postes au sein de l’administration communale qui sont visées par les référendaires. Si ces postes ne peuvent plus être biffés, la décision du Conseil de ville de les créer étant entré en force, le PDC estime que les pourvoir simultanément serait trop lourd à assumer pour les finances. « Un NON au budget 2019 sorti des urnes le 30 juin prochain devra être interprété comme un souhait de la population d’échelonner les augmentations de charges induites par la création de postes dans l’administration », avance ce lundi le PDC à l’heure de lancer sa campagne.


Des perspectives alarmistes

Un graphique alarmiste distribué dans un tout-ménage fait soudainement plonger les prévisions budgétaires de ces prochaines années dans le rouge vif après plusieurs années bénéficiaires. « Nous avons repris les comptes 2018, qui sont des chiffres avérés, en y incluant les charges salariales liées aux créations de postes ainsi que l’impact de la réforme fiscale des entreprises récemment acceptée », explique le président du comité référendaire François Monin qui craint que Delémont ne perde sa capacité d’investissement et donc son attractivité. Avec ces projections, le PDC, soutenu par le PLR et l’UDC, promet un trou de plus de 2,5 millions de francs en 2020 et proche de 3 millions en 2021. « On attend de la majorité qu’elle nous donne des réponses sur la manière de financer ces postes à moyen terme ».


Un NON ne serait pas interprétable ? « De la mauvaise foi », selon Pierre Chételat

Le Conseil communal avait laissé entendre qu'en cas de refus du budget par la population, il serait difficile d'interpréter ce rejet. « C’est de la mauvaise foi, le Conseil communal sait très bien que ce sont les postes qui sont contestés », lance le conseiller de ville PLR Pierre Chételat. Les référendaires s’estiment notamment renforcés par la récente décision de la Cour constitutionnelle qui affirme que « ce ne sera pas un vote pour rien ». Le maire de Delémont, Damien Chappuis, avait déclaré en février sur nos ondes que « la population se rendra aux urnes pour beurre ». /jpi


 

Actualités suivantes

Articles les plus lus