Guerre des chiffres entre le PDC et le Conseil communal delémontain

Le PDC estime dans un tout-ménage que la création de 18,8 postes au sein de l’administration ...
Guerre des chiffres entre le PDC et le Conseil communal delémontain

Le PDC estime dans un tout-ménage que la création de 18,8 postes au sein de l’administration pèsera 2 millions de francs dans les finances, ce sera beaucoup moins selon l’exécutif

Chacun y va de son détail, poste par poste, en avançant pour chacun d’eux des charges salariales différentes. (Illustration : Pixabay) Chacun y va de son détail, poste par poste, en avançant pour chacun d’eux des charges salariales différentes. (Illustration : Pixabay)

Le Conseil communal de Delémont contre-attaque à moins de deux semaines du référendum sur le budget de la capitale jurassienne le 30 juin. Dans un tout-ménage, le PDC à l’origine de ce référendum écrit que les 18,8 postes créés dans l’administration pèseront 2 millions de francs par an dans les finances. Faux, rétorque ce mercredi le Conseil communal par voie de communiqué. Selon l’exécutif delémontain, le PDC a gonflé les chiffres. Les 18,8 postes coûteraient 1,2 million de francs, soit environ 65 % de moins que ce qu’annoncent les référendaires. Chacun y va de son détail, poste par poste, en avançant pour chacun d’eux des charges salariales différentes.

Bien qu’il affirme se refuser à tout commentaire sur les arguments politiques du PDC, le Conseil communal en profite d’ailleurs pour placer quelques arguments avant le vote. Il affirme que ces postes n’auront aucune incidence sur l’ensemble des taxes communales, le budget ne prévoyant en effet pas de hausse de la quotité d’impôt. L’exécutif rappelle également que le référendum porte « sur le budget 2019 dans sa globalité et non pas sur des rubriques particulières », donc pas sur ces fameux 18,8 postes.

Un dialogue de sourd s’est installé entre les deux parties sur ce point depuis plusieurs mois. RFJ tentera de démêler cela vendredi dans la matinale. Le président du comité référendaire François Monin et le conseiller de ville socialiste Pierre Brulhart seront présents dès 7h20 pour en débattre. /jpi


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus