Les Jurassiens disent « non » au report de la baisse fiscale

Les citoyens du canton ont suivi les arguments de l’UDC Jura et la recommandation du PLR en ...
Les Jurassiens disent « non » au report de la baisse fiscale

Les citoyens du canton ont suivi les arguments de l’UDC Jura et la recommandation du PLR en rejetant la modification de la Loi d’impôt par 57.2% des voix ce dimanche

Photo : illustration, BNS. Photo : illustration, BNS.

Les Jurassiens ont tranché : ils ne veulent pas d’une nouvelle suspension de la baisse fiscale pour 2019, après celles de 2015 et 2017 dans le canton. Ils l’ont dit à 57,2% ce dimanche, soit 58,2% dans la Vallée de Delémont et 59,1% en Ajoie. Les Franches-Montagnes ont elles accepté le report de la baisse fiscale par 51% des voix. Seules huit communes ont accepté le report. La participation cantonale a atteint 41,8%. La baisse fiscale linéaire de 1% devra donc être appliquée en 2019.

L’UDC Jura, soutenue par le PLRJ, a donc réussi son coup en lançant le référendum après avoir récolté 3'600 signatures, en estimant que la volonté populaire exprimée en 2004 devait être respectée. La modification de la Loi d’impôt était à l’inverse soutenue par le Parlement et le Gouvernement notamment.


La troisième fois est celle de trop

Les Jurassiens avaient voté en 2004 en faveur d’une baisse linéaire de l’imposition de 1% par année de 2009 à 2020. Mais pour réaliser des économies, l’exécutif et le législatif cantonaux avaient décidé de suspendre cette baisse fiscale pour les années 2015 et 2017. Ils souhaitaient remettre ça cette année, avec l’objectif d’améliorer la situation financière de l’Etat et de respecter le frein à l’endettement.


Le Gouvernement regrette

Le Gouvernement jurassien « regrette ce résultat, qui va appeler de nouvelles mesures pour contenir le déficit financier de l’Etat », a-t-il expliqué dans un communiqué diffusé ce dimanche. Une suspension pour 2019 aurait permis d’augmenter les recettes de près de 2,5 millions de francs pour le canton, 1,8 million pour les communes et 175'000 francs pour les paroisses, selon l'exécutif cantonal. /rch + mmi

Réactions

Didier Spies, secrétaire de l'UDC Jura : « Il faut que l’Etat se responsabilise »

Thomas Stettler, président de l'UDC Jura : « Je déguste. C’est une gifle au Gouvernement »

Pierre-André Comte, député socialiste : « Les partis politiques ont été totalement nuls dans cette histoire »

Jacques Gerber, président du Gouvernement jurassien : « Les propositions seront malheureusement douloureuses pour tout le monde »


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus