Salaire minimum : CS-POP tire à boulets rouges sur le Gouvernement

Pour la gauche alternative, la volonté de l’exécutif jurassien de reconduire le contrat-type ...
Salaire minimum : CS-POP tire à boulets rouges sur le Gouvernement

Pour la gauche alternative, la volonté de l’exécutif jurassien de reconduire le contrat-type de travail à 18,57 francs de l’heure dans la vente ne passe pas. L’État parle lui de lutte contre les abus

Le député CS-POP Rémy Meury (à gauche) estime que l'Etat jurassien contourne la Loi sur le salaire minimum cantonal. Le ministre de l'économie Jacques Gerber estime pour sa part que la politique menée par le Gouvernement ne pose aucun problème juridique. Le député CS-POP Rémy Meury (à gauche) estime que l'Etat jurassien contourne la Loi sur le salaire minimum cantonal. Le ministre de l'économie Jacques Gerber estime pour sa part que la politique menée par le Gouvernement ne pose aucun problème juridique.

« Ce Gouvernement prouve jour après jour sa déconnexion totale d’avec la réalité quotidienne des Jurassiens ». CS-POP se montre virulent avec l’exécutif jurassien suite à sa décision de reconduire le contrat-type de travail dans le commerce de détail. Le parti de la gauche alternative dénonce une dérogation à la Loi sur le salaire minimum cantonal, qui est de 20 francs par heure. Le contrat-type pour le personnel de vente prévoit, lui, un minimum de 18,57 francs.

Le député Rémy Meury a déjà déposé une question écrite pour interpeller le Gouvernement sur son choix, estimant notamment que cette décision de contourner l’esprit de la loi est contraire à la nécessité de prendre des mesures contre la paupérisation d’une partie de la population du canton. « On ne peut pas vivre avec un salaire de 3'120 francs », dit Rémy Meury :

« C’est tout simplement inacceptable ! »

De son côté, le Gouvernement jurassien rappelle que le contrat-type dans la vente est une politique de lutte contre les abus, et non une politique salariale. Ministre de l’économie, Jacques Gerber se défend d’accepter des salaires qui ne répondent pas à la notion de salaire social :

« Ce contrat-type est impératif »

L’explication de Jacques Gerber ne convainc pas le député CS-POP Rémy Meury. Pour lui, le contrat-type ne résout en rien la problématique du salaire. « Les gens vivent avec l’argent qu’ils reçoivent à la fin du mois, c’est quand même ça l’essentiel » :

« Un tiers des échelons se trouvent en-dessous du salaire minimum »


 

Actualités suivantes

Articles les plus lus