Le nouveau visage du Gouvernement jurassien

Avec l’élection dimanche de Rosalie Beuret Siess, l’exécutif cantonal est désormais au complet ...
Le nouveau visage du Gouvernement jurassien

Avec l’élection dimanche de Rosalie Beuret Siess, l’exécutif cantonal est désormais au complet

De gauche à droite : Gladys Winkler Docourt (chancelière d'Etat), David Eray (PCSI), Nathalie Barthoulot (PS), Martial Courtet (PDC), Jacques Gerber (PLR) et Rosalie Beuret Siess (PS). (Photo : Georges Henz). De gauche à droite : Gladys Winkler Docourt (chancelière d'Etat), David Eray (PCSI), Nathalie Barthoulot (PS), Martial Courtet (PDC), Jacques Gerber (PLR) et Rosalie Beuret Siess (PS). (Photo : Georges Henz).

Le Gouvernement jurassien compte à nouveau cinq membres. Avec l’élection au deuxième tour de la socialiste Rosalie Beuret Siess dimanche, l’exécutif compte désormais deux PS, un PLR, un PDC et un PCSI. Élu au Conseil des Etats, le ministre Charles Juillard (PDC) avait quitté ses fonctions en décembre 2019.


Rosalie Beuret Siess était invitée dans le Journal de 18h :

Le Gouvernement voit ainsi l'arrivée d'un deuxième membre socialiste. La réaction de la ministre Nathalie Barthoulot (PS) :

« On rééquilibre un peu les choses avec l’arrivée d’une deuxième femme »

Avec la défaite de la candidate PDC Anne Seydoux-Christe, c'est la première fois dans l’histoire du canton que les démocrates-chrétiens ne sont représentés que par un seul siège au Gouvernement. La réaction du ministre Martial Courtet (PDC) :

« Il n’y aura pas de changements fondamentaux »

Unité à gauche et divergences à droite : l'analyse de cette élection par Raphaël Chalverat

La gauche a réussi son pari grâce à son unité dans cette élection partielle au Gouvernement. Portée par les siens, mais aussi par les Verts et CS-POP, Rosalie Beuret Siess a permis au PSJ de reprendre un deuxième siège au Gouvernement. Une sorte de continuité après les élections fédérales de l’automne dernier. Personne ne peut d’ailleurs contester la légitimité de la gauche d’occuper deux fauteuils à l’exécutif cantonal aujourd’hui. Reste à voir si cette unité va perdurer. Les Verts jurassiens ont eux aussi l’ambition de placer un des leurs au Gouvernement l’automne prochain. Et avec deux socialistes désormais en place, la tâche s’annonce très difficile. Les partis de gauche parviendront-ils à s’entendre pour ne pas se marcher dessus ? Réponse dans les prochains mois.

Du côté du centre et de la droite, c’est par contre la soupe à la grimace. Le grand perdant du jour, c’est bien sûr le PDC Jura. Son président Pascal Eschmann parle de « jour noir ». Pour la première fois dans l’histoire jurassienne, les démocrates-chrétiens n’auront qu’un représentant au Gouvernement. Un camouflet pour ce parti qui a très grandement œuvré pour la création du canton. Le PDC n’est donc pas guéri. Des divisions subsistent, ou du moins des divergences sur la place du curseur sur l’échiquier politique. Le PDC ajoulot est plus à droite que celui de la Vallée. Le soutien à Anne Seydoux-Christe a certes été affiché, mais il ne s’est peut-être pas totalement traduit dans les urnes. L’heure est désormais à la remise en question et aussi à l’interrogation : qui est l’électorat du PDC aujourd’hui, au-delà des membres et des militants ? Les démocrates-chrétiens devront réapprendre à convaincre. Et peut-être aussi chercher des points d’ancrage comme la gauche en a eu grâce aux manifestations pour le climat et à la grève des femmes.

Parlons enfin du PCSI et du PLR, qui ont appelé à voter pour la candidate démocrate-chrétienne pour une stabilité ou le maintien d’une majorité de centre-droite au Gouvernement. Des recommandations qui n’ont pas produit d’effet, tout comme l’appel au vote utile du PDC. De manière générale, du centre-gauche à la droite – y compris à l’UDC qui a contribué au scénario du jour en maintenant Romain Schaer dans la course – une analyse de fond semble incontournable. Car on peut dire aujourd’hui que les élections cantonales du 20 octobre s’annoncent intenses. Avec les cartes redistribuées ce dimanche au Gouvernement et l’avènement de nouveaux mouvements politiques qui doivent se profiler pour le Parlement, ça va partir dans tous les sens.


/lbe-rch-gtr


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus