La votation sur la Maison de l’enfance de Porrentruy repoussée

Le projet d’agrandissement étant ralenti par la crise sanitaire, le Conseil municipal a décidé ...
La votation sur la Maison de l’enfance de Porrentruy repoussée

Le projet d’agrandissement étant ralenti par la crise sanitaire, le Conseil municipal a décidé de reporter le préavis du Conseil de ville prévu en mai ainsi que la votation du 4 juillet

La nouvelle maison de l'enfance de Porrentruy ne sera sans doute pas opérationnelle à la rentrée 2021 comme prévu. La nouvelle maison de l'enfance de Porrentruy ne sera sans doute pas opérationnelle à la rentrée 2021 comme prévu.

Le projet d’agrandissement de la maison de l’enfance à Porrentruy prendra un peu de retard. Le Conseil municipal a décidé de repousser plusieurs échéances en raison de certaines lenteurs imposées par la crise du Coronavirus. Le Conseil de ville ne donnera pas son préavis sur le crédit de construction le mois prochain comme prévu et la votation populaire du 4 juillet est aussi ajournée. La volonté de l’exécutif est surtout de ne pas bâcler ce projet phare de la législature estimé à 6 millions de francs. « Surtout pas de précipitation dans un dossier aussi important qui reste prioritaire pour le Conseil municipal. Des décisions et études connexes financières doivent encore être menées. On travaille toujours, mais plus lentement. Il vaut mieux attendre d’avoir quelque chose de solide pour passer ces étapes devant le Conseil de ville et le peuple », commente Éric Pineau, conseiller municipal en charge du dossier.


« Peut-être un retard de 3 à 5 mois »

La nouvelle maison de l’enfance était censée être opérationnelle à la rentrée 2021. Difficile à l’heure actuelle de savoir dans quelle mesure le calendrier sera bouleversé. « On ne sait pas aujourd’hui estimer ce décalage. Peut-être 3 à 5 mois. On l’espère le plus court possible », souffle le conseiller municipal. Selon l’exécutif, ce retard ne devrait pas amplifier le problème des listes d’attentes pour les familles qui ont des enfants à placer. « On a déjà des listes d’attente, donc il faut faire avec », appuie Éric Pineau. Le Conseil municipal espère désormais pouvoir organiser la votation populaire cet automne, si le législatif parvient à donner son préavis d’ici là. L’opposition au projet enregistrée en février dernier a, elle, été levée à la suite d’une séance de conciliation. /jpi


 

Actualités suivantes

Articles les plus lus