Sans Marché-Concours, « ce sera vraiment bizarre cette année »

Armand Frésard participe depuis son enfance à la grande messe du cheval. Cet éleveur de Muriaux ...
Sans Marché-Concours, « ce sera vraiment bizarre cette année »

Armand Frésard participe depuis son enfance à la grande messe du cheval. Cet éleveur de Muriaux et sa famille ne pourront pas présenter leurs bêtes cette année à Saignelégier en raison du coronavirus

La famille Frésard ne pourra pas présenter ses chevaux cette année au Marché-Concours. La famille Frésard ne pourra pas présenter ses chevaux cette année au Marché-Concours.

C’est d’habitude un événement important dans l’agenda des éleveurs de chevaux. Le Marché-Concours n’aura pas lieu cette année en raison du coronavirus. La décision est tombée il y a une dizaine de jours lorsque le Conseil fédéral a interdit toutes les manifestations réunissant plus de 1'000 personnes jusqu’à la fin du mois d’août. La grande messe du cheval est l’un des événements les plus importants de la région chaque été. Elle réunit habituellement plusieurs dizaines de milliers de personnes.


Les éleveurs accusent le coup

Pour la branche équine, c’est un coup dur. Le Marché-Concours est d’ordinaire une belle vitrine. Selon Armand Frésard, éleveur à Muriaux, la manifestation permet de mettre ses chevaux en valeur et de les comparer avec ceux des autres participants. Le Franc-montagnard précise que c’est également l’occasion de nouer des contacts et de vendre des poulains. Armand Frésard évoque aussi l’aspect convivial et amical du Marché-Concours qui permet la réunion de nombreux éleveurs de différentes régions. « Ce sera vraiment bizarre cette année », conclut celui qui participe à la manifestation depuis son plus jeune âge.


Des inquiétudes pour l’avenir

Si cette crise sanitaire a eu raison de la grande messe du cheval, ses conséquences sur le long terme inquiètent également l’éleveur de Muriaux. Armand Frésard estime que les acheteurs potentiels se feront plus rares. « On sait que le franches-Montagnes est un cheval de loisirs, quelqu’un qui gagnera moins ne va pas forcément investir pour acheter un cheval car cela coûte quand même assez cher », indique le Taignon. Ce dernier a d’ailleurs perdu une vente importante au tout début de la période de semi-confinement. /alr

Armand Frésard, éleveur à Muriaux, évoque l'importance du Marché-Concours 


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus