Statut quo pour le frein à l’endettement

Les députés ont refusé jeudi une motion du PCSI Damien Chappuis qui proposait de modifier le ...
Statut quo pour le frein à l’endettement

Les députés ont refusé jeudi une motion du PCSI Damien Chappuis qui proposait de modifier le mécanisme du frein à l’endettement afin d’assurer d’importants investissements dans le canton

Le mécanisme du frein à l'endettement ne sera pas modifié, contrairement à ce que demandait le député PCSI Damien Chappuis. Le mécanisme du frein à l'endettement ne sera pas modifié, contrairement à ce que demandait le député PCSI Damien Chappuis.

Le frein à l’endettement n’empêche pas de réaliser des investissements importants dans le canton. C’est en substance l’avis exprimé par le Parlement jurassien ce jeudi, qui a refusé par 31 voix contre 26 une motion du député PCSI Damien Chappuis. Intitulée « Pour une Constitution plus ambitieuse », elle proposait de modifier le mécanisme du frein à l’endettement. Le texte prévoyait que le degré d’autofinancement à 80% se base sur les comptes et sur la durée d’une législature, au lieu des budgets annuels. Le député-maire de Delémont juge le mécanisme actuel mal adapté, qui empêche de se projeter sur plusieurs années et de permettre des investissements plus importants dans le canton. Par exemple, le degré d’autofinancement a atteint 102% sur la période des cinq dernières années.

Le Gouvernement a reconnu que l’outil du frein à l’endettement était perfectible et s’est dit ouvert à étudier des solutions, militant vainement pour la transformation de la motion en postulat. Les partis, eux non plus, n’ont pas voulu fermer la porte à une réflexion sur la modification du mécanisme. Ils auraient soutenu le texte sous la forme moins contraignante du postulat. Ce qu’a refusé l'élu PCSI :

Les explications de Damien Chappuis :

La situation économique liée au coronavirus a pesé sur le débat. Les députés ont joué la prudence face à l’incertitude liée à la crise. Pour la majorité, le mécanisme actuel du frein à l’endettement a fait ses preuves:

L'avis d'Anne Roy-Fridez (députée PDC)

Pour rappel, le frein à l'endettement a été approuvé par la population jurassienne à 69% en 2009. /rch-gtr


Actualisé le

 

Actualités suivantes