« L’Ajoie n’est pas le parent pauvre de la sécurité »

La ministre de l’intérieur Nathalie Barthoulot a fermement répondu au député Yves Gigon qui ...
« L’Ajoie n’est pas le parent pauvre de la sécurité »

La ministre de l’intérieur Nathalie Barthoulot a fermement répondu au député Yves Gigon qui pointait un manque de soutien sécuritaire du Gouvernement en Ajoie

La ministre de l'intérieur, Nathalie Barthoulot, a peu goûté les allégations du député Yves Gigon. (Photo : Georges Henz). La ministre de l'intérieur, Nathalie Barthoulot, a peu goûté les allégations du député Yves Gigon. (Photo : Georges Henz).

Incivilités, brigandages, les feuilletons sécuritaires de l'été se sont invités au menu du Parlement jurassien à l'heure des questions orales ce mercredi matin. Le député indépendant affilié à l'UDC, Yves Gigon, a pointé un manque de soutien du Gouvernement à la commune de Porrentruy dans le dossier de la piscine, mais aussi à celle de Boncourt qui suggérait une fermeture de la frontière sur son territoire de nuit afin de lutter contre les cambriolages récurrents.

Yves Gigon : « Le Gouvernement se moque-t-il de la sécurité des Ajoulots ? »

Dans ces deux dossiers, « le Gouvernement n’a pas soutenu les mesures » avance l’élu de Courgenay avant de demander si l’exécutif « se moque de la sécurité des Ajoulots ». Des allégations démenties par la ministre de l'intérieur, Nathalie Barthoulot, affirme en effet que l'Etat n'a jamais refusé d'entrer en matière avec la commune de Boncourt. « Concernant la route cantonale qui relie Boncourt à Delle, nous estimions que celle-ci devait rester ouverte pour permettre aux Jurassiens de se rendre en France ainsi que pour le personnel frontalier qui travaille dans les entreprises jurassiennes, dans les homes et à l’hôpital. Concernant les routes communales, il appartient à la commune de faire les démarches auprès de la Confédération et nous l’avons assuré du plein soutien cantonal », a tout d’abord expliqué la ministre socialiste.

Nathalie Barthoulot : « Le taux d'infractions n'a jamais été aussi bas »

Elle a également réaffirmé le soutien permanent de la police cantonale aux autorités ajoulotes. « L’Ajoie n’est pas le parent pauvre de la sécurité dans le Jura », a lancé Nathalie Barthoulot en rappelant que le taux d’infractions, en particulier celui des cambriolages, n’avait jamais été aussi faible à Boncourt, en Ajoie et dans le Jura. /jpi


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus