Bilan de législature : l’œil des présidents des groupes parlementaires

Interrogés à brûle-pourpoint avant que le Gouvernement ne présente son rapport, ils livrent ...
Bilan de législature : l’œil des présidents des groupes parlementaires

Interrogés à brûle-pourpoint avant que le Gouvernement ne présente son rapport, ils livrent leurs appréciations sur l’action de l’exécutif au cours de ces quatre dernières années

Le bilan du Gouvernement sous la lunette des présidents des groupes parlementaires. (Photo : Georges Henz) Le bilan du Gouvernement sous la lunette des présidents des groupes parlementaires. (Photo : Georges Henz)

Peu avant que le Gouvernement jurassien ne présente son bilan de législature, nous avons sollicité à brûle-pourpoint, sans réelle préparation, les présidents des groupes parlementaires. Ils nous livrent leur appréciation sur l’action du Gouvernement, le dossier « top » qu’ils estiment réussi et le dossier « flop » qu’ils classent au rang des déceptions.

Anne Roy-Fridez, présidente du groupe PDC

L’appréciation : « Les ambitions ont été posées, il y a eu du travail. Mais les intentions sont à renouveler car on connaît nos points faibles. »

Le dossier top : « Des gros projets d’infrastructures ont pris corps. Je pense notamment à la nouvelle patinoire d’Ajoie et Clos du Doubs et au Théâtre du Jura qu’il faut cependant encore faire vivre. »

Le dossier flop : « L’élément fondamental qui revient, c’est la démographie, le canton a de la peine. On doit encore accentuer nos efforts sur la création de places de travail, faire revenir nos jeunes que l’on forme très bien. Des pistes sont lancées, mais on est encore dans l’attente de résultats. »

Anne Roy-Fridez, présidente du groupe PDC. (Photo : Georges Henz) Anne Roy-Fridez, présidente du groupe PDC. (Photo : Georges Henz)

Fabrice Macquat, président du groupe PS

L’appréciation : « Le travail a été fait... mais il reste du travail ! Disons que ce n’est pas terminé, ça demande une vision à plus long terme. »

Le dossier top : « Le volet social avec les capacités d’accueil des enfants qui ont augmenté, de même que les subsides aux primes maladie, ce n’est pas rien. Les allocations familiales ont aussi augmenté sous l’impulsion du groupe socialiste, bien que l’on aurait aimé plus. Il faut aussi souligner les chantiers de la patinoire d’Ajoie et du Théâtre du Jura qui était une nécessité pour le milieu culturel. »

Le dossier flop : « C’est plutôt une déception par rapport aux attentes sur la réalisation de l’A16. On attendait davantage d’une liaison avec Bienne et Berne mais cela n’a pas amené de nouvelles entreprises ou d’emplois. La réouverture de la ligne ferroviaire Belfort-Delle ne permet pas de délester le trafic routier. L’économie s’ouvre gentiment sur Bâle, mais ça reste compliqué. Grosse déception aussi quant à l’invalidation du vote de Moutier, mais ce n’est pas imputable au Gouvernement. »

Fabrice Macquat, président du groupe PS. (Photo : Georges Henz) Fabrice Macquat, président du groupe PS. (Photo : Georges Henz)

Gabriel Voirol, président du groupe PLR

L’appréciation : « C’est correct. La crise Covid a quand même faussé le bilan, mais la gestion de cette crise a été bonne. Le canton a pris une place qu’il n’avait pas l’habitude d’avoir dans le paysage politique et médiatique. »

Le dossier top : « Même si ce projet n’est pas encore réalisé, le principe de repenser l’Etat après 40 ans d’existence était un axe de travail judicieux. Nous n’en avons pas encore les résultats, mais il fallait oser se lancer dedans. »

Le dossier flop : « La RPT-JU est clairement un flop. Les propositions faites aux communes n’étaient pas satisfaisantes. Sur la transition numérique qui était attendue, il y a un début de travail un peu lent, on attend davantage de concret. »

Gabriel Voirol, président du groupe PLR. Gabriel Voirol, président du groupe PLR.

Géraldine Beuchat, présidente du groupe PCSI

L’appréciation : « Un programme terriblement ambitieux et moderne notamment sur le numérique et la volonté de repenser l’Etat. Un groupe dynamique et pas mal de chantiers ouverts. Le travail est bien emmanché mais il faut que ça se poursuive. »

Le dossier top : « Le dossier du numérique a été l’un des plus gros coups d’accélérateur de cette législature avec le guichet virtuel, la digitalisation des liens avec les communes et JURAC (demandes de permis de construire en ligne) qui est quand même une grosse avancée. »

Le dossier flop : « La RPT-JU (projet de réforme de la péréquation et de la répartition des tâches et des charges entre le canton du Jura et les communes). L’étude a coûté une blinde, et maintenant on n’en est nulle part. C’est une catastrophe alors que cela était attendu pour faire des économies conjoncturelles. »

Géraldine Beuchat, présidente du groupe PCSI. (Photo : Georges Henz) Géraldine Beuchat, présidente du groupe PCSI. (Photo : Georges Henz)

Claude Gerber, président du groupe UDC

L’appréciation : « C’est plus ou moins satisfaisant, pas décevant. Disons encourageant, à poursuivre ».

Le dossier top : « La crise Covid a été très bien gérée. Pour sortir un dossier, le rapprochement avec la métropole bâloise via le Parc suisse de l’innovation est une bonne chose, c’est à poursuivre. »

Le dossier flop : « La population n’a pas augmenté d’un chouia alors qu’il y a de plus en plus de travailleurs frontaliers et parallèlement nos jeunes vont travailler hors du canton. C’est le désavantage de l’A16 qui a plutôt favorisé les frontaliers. »

Claude Gerber, président du groupe UDC. (Photo : Georges Henz) Claude Gerber, président du groupe UDC. (Photo : Georges Henz)

Baptiste Laville, président du groupe Verts et CS-POP

L’appréciation : « On retient une législature qui a manqué d’ambition et de conviction dans la gestion de nombreux dossiers, de la lenteur dans le travail. Mais on concède qu’avec des ressources limitées, on ne peut pas tout faire. »

Le dossier top : « La mise en place de la motion sur les classes multidegrés. Le Gouvernement a fait ça avec courage dans des classes pilotes et cela a sauvé des effectifs dans des villages. »

Le dossier flop : « On est déçu sur l’environnement. Les montants destinés à l’assainissement des bâtiments ont été réduits, le développement du solaire n’a pas eu lieu. On avait aussi de grandes attentes sur une réduction de 50% des pesticides et le plan phytosanitaire jurassien nous a terriblement déçus alors qu’il y a des inquiétudes au sein de la population. »

Baptiste Laville, pésident du groupe Verts et CS-POP. (Photo : Georges Henz) Baptiste Laville, pésident du groupe Verts et CS-POP. (Photo : Georges Henz)


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus