Les résultats des tests sont connus à la Maison de l’Enfance à Delémont

Craignant une flambée de cas positifs au Covid-19 après la contamination de trois membres de ...
Les résultats des tests sont connus à la Maison de l’Enfance à Delémont

Craignant une flambée de cas positifs au Covid-19 après la contamination de trois membres de son personnel, l’institution a mené une série de tests. Sur 80, un seul est positif

La Maison de l'Enfance à Delémont. Photo: archives. La Maison de l'Enfance à Delémont. Photo: archives.

Le coronavirus ne chamboulera pas davantage la Maison de l'Enfance à Delémont. Dans la journée de lundi, une série de 80 tests y a été effectuée. Trois membres du personnel éducatif avaient contracté le coronavirus et il fallait s’assurer qu’une flambée de cas ne suivrait pas dans le groupe d’enfants dont ils s’occupent. Les résultats sont tombés ce mardi matin. Seul un enfant s’avère porteur du virus. Il a immédiatement été placé en isolement et sa famille en quarantaine.

« La temporalité le démontre : ce n’est pas cet enfant qui a transmis le virus aux éducateurs », explique Christian Lanz, médecin cantonal. Les trois employés de la Maison de l’Enfance ayant été vigilants, il pensait peut-être trouver l’origine de la contamination parmi les petites têtes blondes, même si ceux-ci ont beaucoup moins de probabilités d’être transmetteurs du virus en règle générale.

« Tester tant d’enfants si jeunes, c’était une mesure exceptionnelle. Car le dogme veut que les enfants ne soient pas des vecteurs du virus… mais ceci jusqu’à ce que le dogme tombe », sourit Christian Lanz. En tant que médecin cantonal, c’est lui qui prend les décisions quant aux tests à faire en série dans le canton du Jura. « Les règles théoriques, c’est quelque chose, mais la réalité du terrain en est une autre. Le choix de tester ou non n’est pas toujours facile à faire », confie-t-il. Il doit agir au cas par cas selon les situations qui se présentent à lui.

Il a hésité dans le cas de la crèche. « Utiliser les tests longs aurait été disproportionné, partage-t-il. Il y avait donc deux options : ne rien faire, ou mettre tout le groupe à l'épreuve, avec des tests rapides, afin de s’assurer qu’il n’y avait pas de super-contaminateur parmi les enfants », ajoute le médecin. Si les tests ne sont pas forcément préconnisé quand il s'agit de populations très jeunes, il a quand même fait ce pari. Et rien de significatif n’en est ressorti. « Si c’était à refaire, je ne sais pas si je relancerais un tel processus. Chaque cas est tellement particulier. Mais au moins, on ne fera pas face à une flambée », dit-il.

La Maison de l’Enfance de Delémont ne subit pas de dommages collatéraux suite à la découverte de ces quatre cas, à part des isolements. « Au niveau du canton, la règle est la suivante, termine Christian Lanz : on ferme une unité d’accueil - l’équivalent d’une classe par exemple – lorsque, dans celle-ci, au moins trois enfants sont porteurs du virus. » /cka




Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus