Fin des tests gratuits : inquiétudes dans le Jura

Ce lundi marque la fin de la gratuité des tests en vue d’obtenir un certificat Covid. Le milieu ...
Fin des tests gratuits : inquiétudes dans le Jura

Ce lundi marque la fin de la gratuité des tests en vue d’obtenir un certificat Covid. Le milieu de la restauration est inquiet : GastroJura craint à nouveau une baisse de la fréquentation ainsi qu’un nouveau tri de la clientèle. Impressions mitigées pour les cinémas de la région

Les restaurants et les cinémas craignent un nouveau coup dur avec la fin de la gratuité des tests (Photo : KEYSTONE / Gaetan Bally). Les restaurants et les cinémas craignent un nouveau coup dur avec la fin de la gratuité des tests (Photo : KEYSTONE / Gaetan Bally).

Il faut sortir le porte-monnaie pour se faire tester et obtenir un certificat Covid. Ce lundi marque la fin de la gratuité des tests. Hormis quelques exceptions, les personnes non-vaccinées devront débourser environ 50 francs pour se faire tester et ainsi accéder au précieux sésame pour fréquenter restaurants et lieux de divertissement. Après l’obligation de présenter le pass sanitaire, c’est un nouveau coup dur pour le milieu de la restauration. Maurice Paupe, président de GastroJura, estime que les gens ne voudront pas forcément payer un test pour aller au restaurant. Il craint donc une nouvelle perte et un nouveau tri de la clientèle.

Maurice Paupe : « On va encore un peu plus trier la clientèle. »

La fin de la gratuité des tests marque une nouvelle étape dans la lutte contre la pandémie de coronavirus, un mois après l’obligation décidée par le Conseil fédéral de présenter un pass sanitaire pour avoir accès aux restaurants et milieux culturels. Selon Maurice Paupe, cette décision prise le 13 septembre dernier a engendré une bonne baisse du chiffre d’affaires, entre 25% et 30%, pour la restauration, et peut-être encore plus pour les bars.

Maurice Paupe : « Jusqu’à maintenant, on a pu travailler avec la terrasse. Là, ça deviendra tendu avec les températures ! »

Maurice Paupe a confié à la rédaction de RFJ lundi matin que GastroSuisse a lancé un sondage la semaine dernière. Objectif : évaluer les impacts, tant personnels qu’économiques, auprès des restaurateurs depuis l’obligation de présenter le certificat covid. Les résultats devraient être connus en fin de semaine. Maurice Paupe a demandé à obtenir le sondage pour prendre connaissance de la situation dans le Jura et pour éventuellement mettre la pression sur les milieux politiques pour de nouvelles aides.


Avis mitigés pour les cinémas de la région


« C’est un nouveau croche-pied qu’on nous fait là », ce sont les mots de Dave Cattin. Le directeur de Cinémont à Delémont est plutôt résigné en listant tous les obstacles auxquels il a déjà dû faire face pendant la pandémie : réduction de la capacité de la salle, distanciation, interdiction de vendre de la nourriture, etc. La fin de la gratuité des tests en est un nouveau. Frustrant donc, surtout pour les 5'000 abonnés de Cinémont qui ne sont certainement pas tous vaccinés. Dave Cattin estime que les habitudes de consommation du 7ème art ont évolué depuis l’obligation de présenter un passe sanitaire : les spectateurs ne se ruent plus aux événements où il y a du monde, par exemple lors d’avant-premières de films. Comme avec le nouveau James Bond, la fréquentation s’étale au fil des soirs, remarque Dave Cattin. La gérante du cinéma La Grange à Delémont, Gaby Girod, n’a elle pas encore vraiment pensé aux impacts des tests payants sur sa salle de cinéma. 


Du côté du Cinéma Lux aux Breuleux, on relativise plus les impacts de la fin de la gratuité des tests. Cédric Bourquard n’a pas l’impression que cette décision fera une différence notable. Il estime qu’aller au cinéma est quelque chose de spontané et que personne ne se faisait tester pour juste se rendre dans les salles obscures, mais plus pour une représentation unique d’un spectacle ou d’un concert. Avis partagé par le directeur de Cinélucarne au Noirmont. Frédéric Queloz estime que les gens n’allaient pas et ne vont pas se faire tester exprès pour aller au cinéma. « Autant voir un film ou une série à la maison », s’exclame-t-il. Il souligne enfin que la levée des restrictions est très appréciée pour les spectateurs détenteurs du certificat Covid qui peuvent profiter d’une projection sans masque et sans règle de distanciation. /ech


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus