Haute-Sorne donne son feu vert à l’extension de la ZAM à Glovelier

Le Conseil général de la commune fusionnée a accepté lundi soir un crédit de 987’500 francs ...
Haute-Sorne donne son feu vert à l’extension de la ZAM à Glovelier

Le Conseil général de la commune fusionnée a accepté lundi soir un crédit de 987’500 francs qui devra notamment préparer les premiers achats de terrain pour le prolongement de la zone d’activités microrégionale

Le projet d'extension de la ZAM a été accepté acontraire par le Conseil général de Haute-Sorne. Le projet d'extension de la ZAM a été accepté à l'unanimité moins une voix par le Conseil général de Haute-Sorne.

Le projet de ZAM 2 fait son chemin du côté de Glovelier. Le législatif de Haute-Sorne a accepté lundi, par 27 voix contre 1, un crédit de 987’500 francs destiné à l’agrandissement de la zone d’activités microrégionale. Cet argent doit permettre de lancer de nouvelles études, notamment esquisser le plan de circulation du nouveau quartier. Il servira aussi à acquérir 8'000 mètres carrés de terrain situé non loin de la gare de Glovelier. L’achat en tant que tel n’aura pas lieu avant que le plan spécial soit entré en force, ce qui pourrait intervenir à l’horizon 2023. La commune de Haute-Sorne n’est pas la seule à empoigner ce dossier. Le projet de ZAM 2 est géré par un syndicat dont font également partie Saulcy et Boécourt. La première avait déjà accepté le même crédit il y a quelques temps, la seconde votait aussi ce lundi. Sauf coup de théâtre, elle devrait aussi valider cet objet. « Les trois communes font partie d’un cautionnement, explique le maire de Haute-Sorne Jean-Bernard Vallat. C’est ce syndicat qui va demander les crédits et assumer leur suivi ». À terme, cet investissement devrait être reporté sur la vente des terrains aux entreprises qui voudront s’implanter dans cette nouvelle ZAM.

Jean-Bernard Vallat : « Nous avons déjà des entreprises qui attendent de savoir si, dans les deux ou trois ans qui viennent, elles pourront s’installer dans notre commune »

Un autre crédit n’a pas vraiment fait débat ce lundi : le législatif a nettement dit « oui » à un montant de 450'000 francs destinés à remettre en état les chemins de la commune et de la bourgeoisie, lessivés par les pluies diluviennes de l’été dernier. Le Conseiller communal en charge des travaux publics, Frédéric Juillerat, a présenté l’objet sur fond de vidéos pour se remémorer « la force de l’eau » et les dégâts qu’elle a fait subir. Au total, quelques 6,4 km de chemins communaux et bourgeois, déjà affaisés par l'usage, ont été fortement érodés. Les travaux seront réalisés pendant les mois d’hiver, sur deux ans.

Par ailleurs, le Conseil général a validé le budget 2022, tel que présenté la semaine dernière par le Conseil communal.  L’exercice prévu boucle sur un déficit d’environ 878'400 francs, avec une quotité d’impôts et des taxes inchangées. Les groupes PDC, PS-Verts et PCSI et rassemblement citoyen se sont inquiétés de voir les dépenses augmenter, notamment les charges liées, sans pour autant s’opposer au budget. « Les temps sont durs, a résumé Blaise Schüll pour le PCSI. Restons positifs, faisons confiance aux autorités ».

La séance de ce lundi s’est terminée avec le renouvellement du bureau du Conseil général, et l’élection au perchoir de la socialiste Agnès Veya. /vja


Actualisé le

Actualités suivantes

Articles les plus lus